La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Une jeunesse albanaise

juin 2007 | Le Matricule des Anges n°84 | par Thierry Guinhut

Confession des lieux disparus

Écrire en et sur l’Albanie suppose que l’on se confronte à un géant : Ismaïl Kadaré. Peut-être n’y avait-il qu’un moyen d’exister après ce pourfendeur d’un des plus délirants totalitarismes de la planète : l’humour. C’est ce registre qu’a choisi Bessa Myftiu, né en 1961 dans ce minuscule pays et qui, enseignant aujourd’hui à Genève, écrit en français. Cette autobiographie, pourtant émaillée d’événements tragiques, nous montre une jeune fille habile à détourner le mal grâce à ses émerveillements et à son ironie. Depuis sa famille, sa maison, sa rue, le monde s’élargit peu à peu jusqu’à la dimension du pays gouverné par le socialisme de fer d’Enver Hodja. Le dictateur rejette le manuscrit du père qui est envoyé en asile psychiatrique, puis, en tant que dissident, privé de son poste de professeur. Entre chagrins d’amour enfantins et remises au pas des éléments immoraux, le vie du quartier est pleine d’aventures. En dépit et à cause du climat de terreur surréaliste, « l’Albanie socialiste avait fabriqué toute une génération de précoces en politique ». C’est ainsi que l’enfant, à 9 ans, lit en cachette le livre interdit de son père. Mais, après avoir pris fait et cause pour son héroïsme, elle ne rêvait plus « de sacrifices suprêmes au service de la vérité » : « au contraire, je les jugeais incroyablement comiques. » Sa passion pour la littérature grandit dans sa « Petite Chambre », avant qu’elle se dirige vers le théâtre, puis le journalisme auprès d’un poète-berger devenu rédacteur en chef. C’est un roman de formation et d’ascension sociale attachant tant l’auteur se moque et s’attendrit à la fois de ses exaltations de jeunesse.

Confession des lieux disparus de Bessa Myftiu
Éditions de l’Aube, 224 pages, 16,40

Une jeunesse albanaise Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°84 , juin 2007.
LMDA papier n°84 - 6.50 €
LMDA PDF n°84 - 4.00 €