La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Chair de soleil

juin 2007 | Le Matricule des Anges n°84 | par Dominique Aussenac

La Blanche nef : Brèc (bilingue)

Bernat Manciet (1923-2005) possédait à l’instar de tout Gascon, une grande force d’être ainsi qu’une fabuleuse puissance d’écriture. Occitan et polygraphe, il écrivit des romans (Le Jeune Homme de novembre), des pièces de théâtre, des essais géopoétiques (Le Triangle des Landes). Mais c’est par la poésie qu’il développa le mieux son art d’écrire. Il propulsait ses poèmes épiques avec l’intensité d’une immense turbine océane. Dans L’Enterrement à Sabres (Mollat, 1996, rééd.), il faisait défiler et venir du fin fond des âges tout son peuple des Landes. Lo Brèc/La Blanche Nef, son testament poétique, sonde l’Océan et plus particulièrement le golfe de Gascogne. Une flotte mystérieuse et fortement mystique se lève au large de Saint-Jacques de Compostelle, dirigée par Memnon sur son navire amiral Lo Brèc/L’églantine. « Par septantes voiles/ et transparences qui vont/ Comme les maïs secs frémissants/ Les pleines lunes fragiles des âmes/ bourrasques/ Leur beau vent ou lacs/ ils inondent la mer. » Elle va combattre de Vigo (Galice) à l’estuaire de la Gironde. Puis plus au large affrontera les Tours maléfiques faites de verre et d’acier qui absorbent la lumière. « Elles repoussent le soleil/ Etant soleils de mensonge », plongeant le monde dans l’obscurité et la misère « arithmétique », avant d’aller au Nord quérir l’ambre. Avec cette dernière œuvre longuement élaborée, Bernat Manciet dénonce la folie du monde, l’arrogance des puissants et le silence des peuples. Le soleil dans les yeux, lui le très croyant, dans sa fougue, son lyrisme interpelle un dieu qui toujours renaît du silence. « C’est maintenant la mer qui s’adresse/ A celui qui se revêt de parole »est-ce toi/ Le dieu surgi du silence ?/ Parle parle parle que je contemple ta voix/ Que nous sachions si tu aimes Toi chant qui es la chair des dieux«  » Immense et impétueux comme l’Océan.

Lo brèc/La blanche nef de Bernat Manciet
Edicions Reclams, 347 pages, 25

Chair de soleil Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°84 , juin 2007.
LMDA papier n°84
6,00 €
LMDA PDF n°84
4,00 €