La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Sac d’embrouilles

juillet 2007 | Le Matricule des Anges n°85 | par Franck Mannoni

Fils de personne

Quelques clichés tenaces collent à l’image de la Sicile. L’île serait totalement gangrenée par la mafia et la corruption. On tuerait en pleine rue pour un mot de trop. Roberto Alajmo reprend à son compte, mais au second degré, quelques-unes de ces idées reçues dans cette farce policière. L’intrigue débute par un constat amer : « La belle époque de la famille Ciraulo est finie ». Tancredi, 20 ans, le fiston, attend tristement son destin « assis sur l’abattant des W.C. » Il vient de tuer son père. Tout ça à cause d’une rayure sur la voiture flambant neuve du pater familias. L’ensemble du premier chapitre, dans lequel Tancredi assiste à l’arrivée de la police enfermé dans sa salle de bains, est un enchantement tragi-comique. Et le reste suit. Mais avec quel argent les Ciraulo, qui vivotent de petites combines, ont-ils pu payer l’auto ? Avec la somme versée par l’État pour « l’indemnisation des victimes de la Mafia ». Il y a peu, en effet, la petite Serenella Ciraulo est morte, victime d’une balle perdue. Deux factions rivales, dont l’une est liée aux Ciraulo, ont rejoué les fusillades du Parrain au bas de l’immeuble. L’argent est maudit, dit la mère et comme chacun sait « Aux petits, on n’y touche pas. Ce sont des erreurs qui se paient, d’une façon ou d’une autre ». Dans ce livre, on parle beaucoup, mais on se confie peu. Les mots « ne disent rien, mais si on les écoute avec malice, ils peuvent avoir l’air de faire référence à quelque chose d’autre ». C’est ce que pense la police qui met la pression sur les Ciraulo. Les enquêteurs sont aussi siciliens : on ne les abuse pas si facilement avec une version des faits qui ne colle pas et des silences pesants. Tout l’art de Roberto Alajmo consiste à faire parler les points de suspension : un métalangage dans lequel le lecteur se perd avec bonheur.

Fils de personne de Roberto Alajmo
Traduit de l’italien par Danièle Valin
Rivages, 211 pages, 20

Sac d’embrouilles Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°85 , juillet 2007.
LMDA papier n°85
6.50 €
LMDA PDF n°85
4.00 €