La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Femmes gelées

juillet 2007 | Le Matricule des Anges n°85 | par Delphine Descaves

Famille de Gilje

Le capitaine Jaeger et son épouse dévouée, Ma, vivent avec leurs quatre enfants dans une ferme de montagne. Sans grande fortune, Jaeger a une ambition unique pour ses trois filles : les marier. En ce milieu du XIXe siècle, la société norvégienne est régie par la religion et le matérialisme, et les femmes existent essentiellement par le statut social que leur confère le mariage. L’aînée, Inger-Johanna, la plus belle et la plus brillante de la fratrie, est donc envoyée à la ville chez sa tante, où elle développe une existence mondaine et se fait remarquer par un séduisant militaire plus âgé qu’elle, beau parti aux yeux de tous. Mais elle refuse cette union par amour pour Grip, jeune étudiant progressiste. Ils ne se marient pas et Inger-Johanna, fidèle à son sentiment, reste célibataire et se consacre à l’enseignement. Plus conformiste, Thinka, la benjamine éprise elle aussi d’un homme qui ne lui est pas promis accepte le jeu social et épouse un sous-préfet, veuf, auprès de qui elle mène une existence tranquillement ennuyeuse. Le roman se déroule sans drame spectaculaire, au sein de cette famille unie où les parents, en ne voulant à leurs filles que du bien, les condamnent involontairement à des existences plus ou moins ratées. De son écriture réaliste et sobre, le romancier pointe la tristesse sage de ces vies sacrifiées par l’ordre social. Seule Inger-Johanna conserve son intégrité jusqu’au bout, et le roman se clôt sur un ultime rendez-vous manqué entre elle et Grip. Jonas Lie (1833-1908) nous livre un beau portrait de famille, où les personnages existent sans être caricaturaux. Et, surplombant ces destinées, la Nature domine, puissante et placide : « Les versants des montagnes étaient blancs, avec par endroits encore les tons rouges et jaunes des feuilles gelées des forêts de feuillus, et le lac en bas, sur le point d’être pris par les glaces, brillait d’une froide couleur bleue. »

La Famille de Gilje de Jonas Lie
Traduit du norvégien par Jean Renaud
L’Elan, 191 pages, 18

Femmes gelées Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°85 , juillet 2007.
LMDA papier n°85
6,50 
LMDA PDF n°85
4,00