La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Réduire le personnel

septembre 2007 | Le Matricule des Anges n°86 | par Virginie Mailles Viard

La nouvelle est tombée « (…) disant que des temps difficiles s’annonçaient pour la grande famille, et qu’ils ont parlé de départs volontaires. » C’est comme ça que Jean apprend que son heure est venue. Dès lors il prend la décision de tout noter dans un cahier, « pour tâcher de ne plus rien perdre de ce qui arrive ». Un narrateur omniscient mêle sa voix à celle de Jean, ouvre une à une les portes des bureaux du bloc B d’où surgissent les destinées humaines et leurs courses éperdues. Voilà Suzanne qui pleure souvent, Robert qui vit avec sa mère, Jeanne et sa voix de guerre, la belle Domi, le gentil Philippe, Joël le taiseux, Jean et son amour caché pour Domi. La structure du livre, composée de saynètes présentant les différents personnages, les épingle comme des papillons sur un tableau en liège. C’est en creusant l’intime de chacun, en ouvrant leurs blessures secrètes au détour d’un couloir que l’auteur travaille en contrepoint le portrait d’un monde bureaucratique absurde et impersonnel où sombrent ces solitudes. « On ne sait rien de personne écrit Jean dans son cahier, (…), on se connaît juste par ses heures de service. » Quelle existence attend ceux qui ont « l’âge de finir » et qui ne connaissent que les façades vitrées du bloc B ? L’écriture dont le style indirect mime l’oralité la plus fluide, allant même jusqu’à ne pas finir des phrases (dont on suppose aisément la fin), résonne comme une pensée collective qui fait front face à la voix officielle, sèche et directive, des supérieurs hiérarchiques. En véritable entomologiste du discours, Nicole Malinconi utilise toutes les gammes du dialogue, et dit derrière l’abondance du verbe sa vacuité. Dans Au bureau seul ce qui est dit conquiert une existence. Renvoyé au néant ce qui n’est pas nommé. Voilà de la parole en boîte, du bruit qui tourne en rond comme un chien derrière sa queue.

Au bureau de Nicole Malinconi
Éditions de l’Aube, 121 pages, 14,80

Réduire le personnel Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°86 , septembre 2007.
LMDA papier n°86
6.50 €
LMDA PDF n°86
4.00 €