La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La morale selon Gill

septembre 2007 | Le Matricule des Anges n°86 | par Philippe Savary

L' Art de se conduire

dans la société des pauvres bougres
Editions Finitude

Derrière ce beau visage romantique se cachait un coup de crayon dévastateur. Héritier de Daumier, André Gill (1840-1885) fut un dessinateur de presse redouté. Au gré de ses collaborations (Le Hanneton, La Lune, L’Éclipse…), ses caricatures de Napoléon III, d’Adolphe Thiers ou des gens de lettres faisaient rire la France. Acteur du Paris bohème, l’excentrique collectionnait autant les amitiés (Vallès, Verlaine, Courbet) que les actes de censure. Sait-on qu’avant que la loi de 1881 libère la presse, chaque dessin à publier était soumis à l’accord préalable du caricaturé ?
Las de la satire politique, l’ex-communard fréquenta ensuite le club littéraire des Hydrophates puis le cabaret du Chat noir.
Il changea d’arme, pas de cible. Comme en témoigne L’Art de se conduire dans la société des pauvres bougres. Cette petite curiosité fut publiée dans le recueil La Muse à Bibi, en 1879, à la Librairie des Abrutis. Sous le pseudonyme de Comtesse de Rottenville, André Gill enseigne avec ironie aux biens nés (« avec un poil dans la main ») comment montrer patte blanche chez le petit peuple. À table ou au bal, au musée ou à l’atelier. Le propos est souvent vif, ciselé. Retenons ce conseil : « Si l’honnête prolétaire lâche un vent, ne prenez pas un air étonné en le regardant ; c’est son droit : il est chez lui. Mieux vaut, si vous êtes musicien, noter la modulation pour l’exécuter au piano en rentrant chez vous. » L’espiègle avait de l’esprit. Qui le quitta progressivement. Gill sera interné à Saint-Anne après avoir été « poursuivi par des loups imaginaires », puis à Charenton où il finira ses jours. Il avait écrit des années auparavant : « On ne songe qu’à créer des maisons de fous, quand ouvrira-t-on des maisons pour imbéciles ? »

L’Art de se conduire dans la société des pauvres bougres de Comtesse de Rottenville
Finitude, 56 pages, 10

La morale selon Gill Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°86 , septembre 2007.
LMDA papier n°86
6.50 €
LMDA PDF n°86
4.00 €