La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Hans et le Boucher

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Jérôme Goude

Si j’ai une âme « , premier roman audacieux de Vincent Peyrel, pourrait n’être qu’un conte cruel transcendant l’instinct de prédation…

De gare en gare, Hans, un jeune éphèbe de 17 ans à l’ « allure de prince de contes », poursuit sa quête de partenaires sexuels dans le but d’assouvir une irrépressible « envie de baiser ». Le mardi 7 novembre 1919, assis devant la gare d’Hanovre, il rencontre Frédéric, un quadragénaire qui, couvert par la police, s’adonne à la délation et au marché noir. Installés dans un petit appartement de la Neuestrasse, Hans et Frédéric vivent librement, l’un rangeant l’autre cuisinant, jusqu’au jour où, le 23 juin 1924, les flics font irruption. Des os « mal enterrés » ont été découverts dans le parc du château Herrenhausen…
Depuis sa cellule de prison, Hans recense ses passages à l’acte, ainsi que ceux, en plus grand nombre, de Frédéric qui, historiquement, n’est autre que Fritz Haarman, le » boucher d’Hanovre ". Si j’ai une âme se réfère à un fait divers notoire tout en n’excluant pas l’apport de l’invention. Si Fritz Haarman fut guillotiné en 1925 pour le viol et le meurtre de 24 jeunes hommes dont il buvait le sang et mangeait les chairs, Hans Grans fut jugé mais non incriminé. En faisant d’Hans à la fois le complice fasciné et l’ultime victime de Frédéric, Vincent Peyrel parvient à donner une incontestable densité à son récit.
« Comment les hommes peuvent-ils croire qu’ils ont des droits ? », voilà, entre autres questions, ce que se demande celui qui se sait condamné et qui, en toute innocence, avoue être incapable de penser en termes de bien ou de mal. Ainsi, entre Les Exclus d’Elfriede Jelinek et Miracle de la rose de Jean Genet, Si j’ai une âme, au moyen de la syntaxe rudimentaire et obsédante d’Hans, pose des vérités simples que d’aucuns s’obstineront toujours à ne pas entendre : « Un tribunal qui condamne quelqu’un à mort tue aussi. C’est peut-être stupide de penser quelque chose d’aussi simple mais c’est comme ça. Je ne suis pas quelqu’un de compliqué. Tuer pour venger une mort. Ça peut sembler juste. Pourquoi est-ce qu’on ne dévalise pas ceux qui ont volé ? Ça me dépasse. »

Si j’ai une Âme de Vincent Peyrel, L’Amourier, 132 pages, 16

Hans et le Boucher Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.