La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Observer l’oiseau

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Yves Le Gall

New York, juillet 69 : « un photographe mitraille à coups de flash le corps allongé à plat ventre ». Quatre jeunes noirs proches de la victime vont déballer « en vrac » les péripéties de leur existence dans les mois qui ont précédé le crime. Nous sommes immédiatement entraînés dans les méandres du « grand jeu de la drogue » au cœur du ghetto. Il y a Spade, le caïd froid, Junior l’apprenti caïd, Tommy Hall, le militant de la cause noire, QI, l’intellectuel. Ces gamins sont de petits dealers qui vont encore à l’école et vivent chez leurs parents. Ils s’affrontent à coups de trahisons et de règlements de comptes qui deviennent vite sanglants. Le tout sur fond de misère sociale et d’émergence du militantisme noir.
L’action est rapide, servie par un jeu d’échanges verbaux au ton brutal. La construction en boucle égare le lecteur en l’obligeant à discerner ce qui est dissimulé, et opère dans l’ombre avec une effroyable efficacité. Le style oral de ce premier roman publié aux États-Unis en 1970 - l’auteur avait 19 ans - est représentatif de la personnalité de Gil Scott-Heron, poète, écrivain, activiste, musicien considéré comme précurseur à la fois du rap et du slam. Le Vautour n’est autre que l’esprit du mal qui se cache dans le ghetto et détruit ses enfants. Scott-Heron nous révèle comment il agit dans le cœur de jeunes hommes pour propager la souffrance et la mort. L’hypocrisie étant la seule réponse de la société américaine, le tableau est sinistre. Il est difficile d’y trouver un germe d’espoir. Mais la lucidité de ce témoignage milite en faveur d’une possible rédemption.

Le Vautour de Gil Scott-Heron
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Ménard, Points-Seuil, 304 pages, 7

Observer l’oiseau Par Yves Le Gall
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.