La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Anders, électron libre

février 2008 | Le Matricule des Anges n°90 | par Emmanuel Laugier

Revue de sociologie critique des pratiques et des représentations politiques, inscrite dans la lignée de la célèbre École de Francfort et d’Adorno, Tumultes offre un passionnant numéro consacré à l’œuvre du philosophe Günther Anders. Né en 1902 à Breslau, actuellement Wroclaw (Pologne), ce « philosophe de l’occasion », comme il se dénommait lui-même, ne cessa de penser la façon dont le monde nous échappe à mesure que la technique s’autonomise, le «  »monde des hommes« tendant à se substituer au »monde des machines«  ». Penseur du « temps de la fin » et de la « fin des temps », de Auschwitz à Hiroshima, de la bombe atomique à l’industrie culturelle, en passant par l’œuvre de Beckett, il fut également l’un des critiques les plus fins de Heidegger. Mari de Hannah Arendt jusqu’en 1937, cousin de Walter Benjamin, il émigre aux États-Unis en 1939 et ne reviendra en Europe qu’en 50 (il meurt à Vienne en 92). Incompris de Sartre, qui refusa ses articles pour Les Temps Modernes, seul, en France, André Gorz lira avec passion le futur auteur de L’Osolescence de l’homme (1956) et de Nous, fils d’Eichmann (1964), sa lettre adressée au bourreau nazi. En plus des inédits, on lira plusieurs interventions sur son amitié avec Adorno, sur la question de la cybernétique, sur sa position face à la Shoah et ses rapports intellectuels avec Arendt, jusqu’à la façon dont sa philosophie fait débat dans le contexte de la mondialisation.

Tumultes N°28-29 sous la direction de Christophe David et Karin Parienti-Maire, Kimé, 420 pages, 34

Anders, électron libre Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°90 , février 2008.
LMDA papier n°90 - 6.50 €
LMDA PDF n°90 - 4.00 €