La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les âmes grises

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Anthony Dufraisse

La Reine du technicolor

Un dimanche d’octobre 1951, dans sa villa, l’une des plus fameuses actrices du moment est retrouvée morte dans sa baignoire. Il s’agit de la plantureuse et sulfureuse Lola Cortez. À l’écran, on ne verra donc plus « ses décolletés profonds, ses longues jambes dorées, ses œillades noires et meurtrières ». Un flicard reconverti comme privé, Pierre Vernet, est tout de suite sur le coup. Il ne saurait se contenter de la version officielle. La crise cardiaque, il n’y croit pas une seconde, et pour cause : Lola l’avait engagé pour surveiller son entourage, qui l’inquiétait. Sur le moment, il a d’abord cru à cette paranoïa dont les divas sont coutumières ; mais voilà qu’elle meurt dans des circonstances plus qu’étranges. Aussi mène-t-il l’enquête, ne serait-ce qu’en mémoire de celle qui faisait, parmi d’autres, chavirer Errol Flynn. Et puis, soyons justes, Vernet en pinçait un peu pour elle.
D’abord publié en 1980, ce polar de facture classique, sans prétention, signé Jean-Pierre Enard, est le récit méthodique, enlevé et souvent drôle d’une enquête dans le milieu du cinéma français de l’après-guerre. Où notre privé découvre que dans l’arène du technicolor, toutes les âmes sont grises. En cherchant un coupable, Vernet apprend surtout à mieux connaître la victime, grande prêtresse des salles obscures, mangeuse d’hommes au passé aussi trouble que ses fréquentations étaient troublantes. La nostalgie qui se dégage de ce livre, l’un des sept romans de l’auteur, où des vedettes bien réelles donnent la réplique à des seconds rôles plus vrais que nature, est d’autant plus vive que l’auteur s’applique à la contenir. Mais elle déborde. C’est l’enfance d’Enard qui remonte : en 1951 il avait 8 ans, exactement le même âge que le narrateur, le fiston de Pierre Vernet.

La Reine du Technicolor de Jean-Pierre Enard
Finitude, 171 pages, 15,50

Les âmes grises Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92 - 6.50 €
LMDA PDF n°92 - 4.00 €