La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Voir de toutes ses oreilles

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Richard Blin

L' Oreille du voyageur

De Genève à Tokyo
Editions Zoé

Ce livre manquait et dix ans après la mort de Nicolas Bouvier L’Oreille du voyageur vient à point nommé rendre hommage à l’écrivain-musicien qu’il fut. « J’adore les mots. Mais le terrain qu’ils couvrent n’est pas le même que celui des sons, et ce territoire me paraît plus exigu. » Doté d’une très solide éducation musicale, Bouvier a très vite perçu la musique comme source de bonheur et de communion immédiate avec le monde et les hommes. Langue universelle, elle sera son sésame et son orient, et c’est à l’oreille qu’il voyagera. La musique donc, ou plutôt toutes les musiques, à commencer par la musique tzigane qui lui met « l’âme à l’envers », et dont il remontera la piste jusqu’au Pamir, une musique à la faconde canaille et au pathos très particulier qu’évoque Laurent Aubert. Mais Nicolas Bouvier aimait autant la musique populaire que la chanson française (Les Frères Jacques, Léo Ferré…), et autant le climat poético-métaphysique du lied romantique, que la musique traditionnelle japonaise ou la musique classique. C’est à Debussy qu’est dédié Le Poisson-Scorpion, un livre écrit et composé comme une partition (qu’analyse Nadine Laporte), le récit d’une déroute et de la dérive à Ceylan, d’un « petit lettré merdeux baisé par les Tropiques », cauchemar équatorial que l’écoute répétée du Quatuor en sol mineur de Debussy a grandement aidé à surmonter. Mais ce sont tous les textes de Bouvier qui font entendre une petite musique tant l’écriture est pour lui agencement musical de formes et de formules. « Tout le problème de l’écriture est là : rendre musical ce qui peut n’être qu’un cri de terreur, rendre léger ce qui était lourd ». Un beau livre, qu’illustrent vingt photos de musiciens signées Nicolas Bouvier et autant de documents tirés de ses archives, et qu’accompagne un CD reproduisant L’Usage de la musique, des entretiens réalisés en 1996 par la Radio Suisse Romande. (L’Oreille du voyageur. Nicolas Bouvier de Genève à Tokyo, préfacé par Hervé Guyader, Zoé, 144 pages, 38 ). R. B.

Voir de toutes ses oreilles Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92
6.50 €
LMDA PDF n°92
4.00 €