La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Gourmont en morceaux

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Éric Dussert

Pour le cent cinquantenaire de la naissance de l’écrivain, une compilation maladroite aux informations désuètes. Dommage.

La Culture des idées

On nous accusera - une nouvelle fois - de râler contre une initiative que les bonnes âmes jugeront satisfaisante - forcément satisfaisante - mais le travail de chic sur un bord de comptoir n’a et n’aura jamais rien de très enthousiasmant. Certes, reconnaissons-le d’abord, il est bon de voir paraître un millier de pages de Remy de Gourmont pour nous assurer qu’aucune mala fama n’a frappé cet écrivain, qui fut aussi un grand penseur. S’il est vrai qu’éditer Remy de Gourmont équivaut presque toujours à jeter l’argent par les fenêtres, de nombreux éditeurs indépendants ou petits (ou non) ont, récemment encore, fait preuve d’un militantisme admirable en lançant sur le marché des livres difficiles d’accès, et parfois même inédits, qu’ils ont réalisés avec soin : Le Désarroi (Le Clown lyrique), Une nuit au Luxembourg (L’Arbre vengeur), Merlette (P. Le Lanchon), Le Joujou patriotisme (Mille et une nuits), Sixtine et Un cœur virginal (Le Frisson esthétique), Couleurs (La Part commune), Proses moroses (A rebours), L’Idéalisme (Stalker), et même un Cahier de l’Herne aisément repérable… On n’en dira pas autant du fil conducteur de la présente compilation proposée par le fringant Charles Dantzig dont les choix sont contestables et les connaissances bibliographiques arrêtées en 2000. L’existence des récents ouvrages mentionnés ci-dessus aurait dû modifier la composition de ce nouvel ensemble et limiter ses incohérences, ainsi que son caractère disparate.
Gourmont ayant joué de son art littéraire dans tous les registres, il n’est jamais étonnant de trouver rassemblés billets du jour, poèmes en prose et promenades philosophiques. Il est plus étonnant de voir réunis sous le titre de La Culture des idées, chroniques et réflexions intellectuelles et esthétiques, avec Le Joujou patriotisme, La Petite Ville et Pendant l’orage. De même qu’il est ahurissant de voir paraître une première série des Épilogues qui interdit dorénavant, et pour quelque temps encore, la publication complète des réflexions métaphysiques et quotidiennes du penseur majeur des années 1880-1920. Bref, un méli-mélo total, bancal, sans brillant. Du travail d’amateur - Réveillez-vous Saillet et Juin, les caluts sont revenus ! Et mieux que tel écrivain en cheveux, nous tournerons encore nos regards sur Paul Escoube (1881-1928) lorsqu’il s’agira de trouver une lecture intelligente de Remy de Gourmont. Paul Escoube et la nouvelle génération de chercheurs qui, sur internet (www.remydegourmont. org) et sur le papier, fourbissent des études éclairantes.
Pour défendre le volume de « Bouquins », il reste heureusement Remy de Gourmont lui-même, indépassable cerveau aux inspirations variées, aux curiosités inédites, aux « dissociations » somptueusement pertinentes. Gourmont le percutant, le touche-à-tout de génie qui, des Lapons aux jésuites, en passant par l’ivresse verbale, l’hôpital ou les péchés de la chair, passa l’humanité et ses mystères au crible d’une pensée originale, limpide, impressionnante, et d’une franchise absolue. Témoin ce commentaire qu’on n’oserait plus placer : « Avec sa tête innocente de brebis berrichonne, George Sand était une créature fortement sexuée ; nul mâle ne lui était indifférent, mais elle préférait ceux qui, aux larges épaules, joignaient le talent d’unir leurs soupirs à son bêlement sentimental. »
Un éditeur féru de ces mystères, René-Louis Doyon, avait dit mieux qu’aucun le charme imparable des écrits de Gourmont : « Il est vrai que je m’étais fait et je garde une très haute idée du rôle, de la valeur du grand Gourmont. Un vrai remueur de pensées, un jongleur d’idées, un connaisseur étonnant des littératures. Audacieux, rationnel, froid et toujours lucide, son attrait était considérable. Il semblait déployer encore plus de génie en avançant. Ses dernières chroniques du Mercure dépassaient le génie du temps ; elles firent trembler l’Académie. Au vrai, son rayonnement m’effraya. »
On n’en dira pas autant de certain.

La Culture
des idées

Remy
de Gourmont
Préface de
Charles Dantzig
Robert Laffont
1158 pages 30

Gourmont en morceaux Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92 - 6.50 €
LMDA PDF n°92 - 4.00 €