La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Maux de famille

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Laurence Cazaux

Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars

Après dix ans d’absence, dix ans qui correspondent à la mort de la mère, Le père revient voir La fille, un soir. Il se sait condamné et vient lui demander de l’aider à mourir. Il espère aussi apaiser, un peu, le passé. L’affrontement démarre dès les premières répliques. Les mots sont autant de coups portés : « Ma fille/ tu es aussi imbécile que ton père/ aussi laide et sèche/ et bientôt seule et ridée/ Et c’est pour ça que je t’aime », ça c’est pour le père. « Je n’ai aucun devoir envers toi/ aucune obligation/ Et merci pour ça/ seulement pour ça/ de m’avoir si peu donné/ que je sois quitte avec toi », ça c’est pour la fille. Carole Thibaut met en jeu trois protagonistes : le père, la fille et l’ami, dont la présence va permettre à la parole de se dérouler. Les trois n’ont pas de nom, ils portent juste la fonction familiale, celle qui empêche la fille de devenir femme, parce qu’elle reste clouée à la violence de son passé. Elle reste la fille qui recevait les « justes » corrections de son père.
Pour décrire cette violence ordinaire, la boisson, les coups que l’on a reçus puis ceux que l’on donne, l’auteur use d’une langue dure, faite de silences et de répliques qui ressemblent à des flèches.
Le texte est écrit sans aucune ponctuation, seuls des retours à la ligne indiquent un rythme de parole bref. Il n’y a pas de place pour l’effusion. Tout au long de cette nuit où les vieux démons et les monstres sont reconvoqués, les trois vont arriver à dire l’énormité, à se livrer, un peu, dans une langue économe de ses mots, qui raconte combien la parole a du mal à sortir et combien, pourtant, elle est nécessaire. La pièce est une constante mise en tension, dans une énergie proche de la survie. On est bousculé par cette histoire qui dissèque la violence intime, tout en cherchant aussi les moyens de déposer les armes.

Faut-il laisser les vieux pÈres manger seuls aux comptoirs des bars de Carole Thibaut
Lansman, 70 pages, 9

Maux de famille Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93 - 6.50 €
LMDA PDF n°93 - 4.00 €