La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Une jeunesse cubaine

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Delphine Descaves

Tout le monde s’en va

Lorsque le roman s’ouvre – qui a la forme d’un Journal et en imite la liberté, avec une écriture tantôt simplement descriptive, tantôt plus lyrique – Nieve est une petite fille. Sa mère est remariée à Fausto, un beau Suédois, mais le père de l’enfant, alcoolique, instable, et encore obsédé par ex-épouse, reprend chez lui la fillette, du moins pour un temps. Nieve passe ainsi son enfance tiraillée entre ce père qui la laisse affamée et la frappe lorsqu’il réapparaît, et une mère un peu aléatoire quoique aimante, qui se débat entre sa pauvreté, sa foi révolutionnaire, sa vie affective et sa résistance contre la dictature. Consignées régulièrement, les réflexions de la partie « Journal d’enfance » montrent en Nieve une petite personne butée dans son désir de vivre, encaissant la solitude, le déchirement entre ses deux parents, et le sentiment tenace d’être différente, avec une même résistance presque placide : vue à hauteur d’enfant, cette existence de victime est racontée sans apitoiement. La seconde partie du Journal, couvrant les années 80, est plus précise sur la réalité cubaine et les dérives d’un pouvoir autoritaire. Nieve est toujours lucide, avec une forme d’amertume désabusée - ce qui n’exclut pas deux rencontres amoureuses : l’une avec Osvaldo, un artiste réputé et occidentalisé, et Antonio, un photographe et opposant au régime. La passion, la sexualité : pour la jeune femme, autant d’escapades intimes, jamais acquises, jamais installées. Tout le monde s’en va, c’est le constat, résigné et amer, de la jeune diariste. Et pour ceux qui restent : « rien ne change et tout continue. Je regarde les gens et les gens regardent au loin, nous sommes un mécanisme compact qui marche dans la ville enveloppée de sel. »

Tout le monde s’en va de Wendy Guerra
Traduit de l’espagnol (Cuba) par Marianne Millon, Stock, 279 pages, 19

Une jeunesse cubaine Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93
6.50 €
LMDA PDF n°93
4.00 €