La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Le frottement de la lumière

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Emmanuel Laugier

L' Instant et son ombre

Avec L’Instant et son ombre, Jean-Christophe Bailly offre une véritable pensée du phénomène photographique, de ses prémices jusqu’à ses développements contemporains. S’il ne faut pourtant pas s’attendre au panorama de son histoire, c’est que l’empreinte sur plaque sensible (et son futur négatif) est ici méditée à partir de trois photographies, l’une (de 1844) appartenant à une sorte d’origine du voir (dont Bailly acheta une reproduction sur carte postale), quand les suivantes (1945) sont, à plus d’un siècle de distance, trace de la fission atomique sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki.
On doit le premier des clichés à Henry Fox Talbot. Il montre une meule de foin lumineuse dans la campagne anglaise, sur laquelle repose une échelle que borde son ombre verticale. Les autres, anonymes, pris dans les heures qui suivirent les bombardements, sont deux témoins sans témoin de ce que la puissance de l’atome fracassé photographie en pulvérisant le monde alentour. Sur l’un deux, on s’aperçoit que l’ombre d’une échelle brûlée, volatilisée, se trouve avoir été imprimée sur le rideau baissé d’un magasin, comme le dernier frottement de la poussière des choses détruites. Si c’est d’abord par le jeu presque inconscient d’une mémoire collective que les photos de l’après-bombe s’imposèrent à Bailly et firent échos à celle de Talbot, toute l’importance de cet essai est d’avoir su articuler le souvenir que nous avons de ces images à « l’instant du danger » (Benjamin) qu’elles signalent ou contiennent. La meule, si paisible en apparence, n’y échappe pas, car de l’ombre portée de son échelle à celle gravée d’Hiroshima, il est question de l’exposition, de la comparution d’un monde, de ce qui en lui faillit, disparaît, entrecroise absence et présence. Confronte à une fin et à ce qui, dans sa proximité, sauve et rend le rapport à la mémoire vivant.

L’Instant et son ombre de Jean-Christophe Bailly
Le Seuil, « Fiction & Cie », 156 pages, 16

Le frottement de la lumière Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €