La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ours sans frontières

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Dominique Aussenac

Les ours n’ont pas de frontière, pas de papier. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne les arrête jamais. Leur arrêt est généralement définitif : une balle à ailettes ou pas dans le buffet. Pour les hommes, traverser les frontières, c’est plus difficile que pour les ours ou les marchandises. Ou l’on a des papiers, ou l’on n’en a pas. Dans ce cas, il faut se rendre invisible et traverser en catimini. Pendant trois jours et trois nuits, Elena, Luca, Jason et quelques autres arpentent un massif alpin vraisemblablement au centre de l’Europe. Leur particularité : ne pas être nés au bon endroit, au bon moment. Ce ne sont que des natifs d’à côté, du mauvais côté. « On arrivait de nulle part, les uns derrière les autres depuis la place Transalpine, à la frontière Schengen, depuis les camps de rétention. Unable to enter in, chacun pour soi. Là où se séparent les droits imaginaires des uns des droits imaginaires des autres. » Menés par un passeur, ils progressent livrés à leurs peurs, leurs rêves, leurs illusions. Dans la deuxième partie du récit, un accordeur de piano poursuit un magnifique Pleyel à travers l’Europe. En 4x4, il arpente une route de montagne, heurte un ours. Obligé de continuer à pied, il rencontre la troupe de clandestins. Le récit devient fantastique. Totémique, aussi surréaliste qu’une directive européenne, l’ours s’invite autour du feu de camp. L’écriture hachée de Sylvain Coher faite de jeux de langues, de cassures, d’indéfinis, de scansions, d’idiomes européens (paroles d’émigrés recueillies pour le projet « frontière » du théâtre de l’Arpenteur à Rennes) prend ici une dimension théâtrale édifiante proche de celle qu’a donnée Platon à son mythe de la caverne. Un beau, dur, et vrai conte philosophique.

Les Effacés de Sylvain Coher
Argol, 213 pages, 18

Ours sans frontières Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €