La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Senso

septembre 2008 | Le Matricule des Anges n°96 | par Marta Krol

Dommage que cela ne soit pas plus long. Mais la brièveté de ce récit est une des clés de sa perfection : elle en fonde la fulgurance, un déroulement qui paraît aussi inévitable qu’inattendu. L’histoire principale, mise en abîme, progresse rapidement vers sa chute, en même temps que le lecteur savoure chacun de ses méandres. Si le succès de cette nouvelle, parue en Italie en 1883, est dû notamment au film de Visconti, elle vaut probablement sur le plan littéraire davantage que son adaptation cinématographique. La présente édition chez Sillage reprend à Fayard (1998) la plus récente des deux traductions françaises en l’accompagnant d’un concis appareil critique. Lequel nous apprend notamment que Boito fut un architecte reconnu et professeur d’esthétique - ce dont témoigne la construction sans faille de l’histoire, située dans Venise occupée par les troupes autrichiennes. La comtesse Livia, femme à la beauté triomphante, vaniteuse et infantile, sensuelle et anticonformiste, téméraire et déterminée, aime un homme, Remigio, parce que « fort, beau, pervers, lâche ». L’amour tragique auquel elle survit comme à une plaie et dont, des années plus tard, elle « palpe, recherche les bords saignants ». Car : « au fond, je ne sais pas très bien si ce que j’éprouve est douleur ou excitation ». Si l’histoire est captivante, l’intérêt du livre réside notamment dans la finesse de la plume de Camillo Boito. En quelques phrases courtes il parvient à dresser le portrait d’un personnage, lui insuffler authenticité et crédibilité immédiates. Jamais il ne succombe à une description stéréotypée d’un caractère ou d’une situation ; précise, sensible, économe, sa langue sait prendre en compte la complexité des relations et des sentiments tout en restant limpide et fluide. Si bien qu’un monde en émerge qui existe et qui se tient ; monde passionnel, excessif, brûlant, et pourtant plus vrai que les tièdes et insipides scénarios de certaines fictions de nos jours.

senso
de camillo boito
Traduit de l’italien par Monique Baccelli,
Sillage, 76 pages, 7,50

Senso Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°96 , septembre 2008.
LMDA papier n°96
6.50 €
LMDA PDF n°96
4.00 €