La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Reconstruction

septembre 2008 | Le Matricule des Anges n°96 | par Thierry Cecille

La Reconstruction

Notre présent est traversé, tissu de passé ; notre inconscient est tout entier mémoire, entrelacs de fils d’existences qui furent - nôtres ou autres. Il est des occasions, des rencontres, des périodes où se reconstruire devient pressant, où le passé frappe alors à la porte. C’est à une telle entreprise que doit s’atteler Jérôme Lafargue, discret professeur de littérature à la Sorbonne, homme tranquille et douillettement embourgeoisé, quand surgit Johann Launer, historien allemand lui-même en quête de son passé. Dans les papiers que son père, à sa mort, a laissés derrière lui se trouvait une photographie de Lafargue : quand eut lieu cette rencontre, que signifiait-elle, que peut-elle lui apprendre sur son père, sur lui-même ? Lafargue doit alors se retourner sur ses propres pas - et c’est avec infiniment de retenue, dans une écriture assourdie, mate, qui surprend d’abord par son absence d’accent, qu’Eugène Green suit son personnage, ou plutôt le laisse progressivement avancer, devant nos yeux, sur ce chemin d’abord enténébré puis s’éclaircissant. Si nous retrouvons çà et là des préoccupations propres à Green, que ses films abordaient plus directement - la musique, la religion, la civilisation européenne et son destin - c’est de biais, par le recours modéré, par exemple, au journal intime que tient Jérôme - mais il sait se retirer pour donner corps à son personnage, qui nous émeut. L’Histoire elle-même - la Seconde Guerre mondiale, le printemps de Prague ou mai 68 - loin de n’être qu’un arrière-plan, influe sur ces existences à la fois communes et tragiques, pleines de mystères et de révélations. À la fin, la reconstruction peut être une réconciliation : le passé, loin de déterminer ou d’empoisonner notre présent, peut l’animer, le vivifier - et le futur s’avance.

la reconstruction
d’eugÈne green
Actes Sud, 191 pages, 18

Reconstruction Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°96 , septembre 2008.
LMDA papier n°96
6.50 €
LMDA PDF n°96
4.00 €