La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Couteau de nuit

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Laurence Cazaux

Nadia Xerri-L situe sa pièce dans une salle d’audience, durant les trois minutes qui précèdent l’ouverture d’un procès, quand tous les protagonistes intimes de l’affaire sont là, sauf la Cour. Sept personnages attendent dans une tension extrême : le présumé coupable, Alex, a 26 ans et est accusé d’avoir poignardé un jeune garçon à la sortie d’un café, après une soirée très alcoolisée et une bagarre généralisée. Sont également présents le père, la mère et le jeune frère d’Alex, sa petite amie, rencontrée en prison lors de ses visites aux détenus. Face à eux se trouve le frère jumeau du jeune homme tué. Et dans un entre-deux, une narratrice, présente le soir du drame.
La pièce est construite en trois parties plus un prologue - monologue de la petite amie qui fonctionne comme un miroir de nous-mêmes, hésitant entre tentative de compréhension et rejet pur et simple de toute violence. La première partie se déroule pendant la première minute d’attente. Chacun des protagonistes expose sa souffrance dans une succession de monologues. Puis, face à l’attente insupportable, l’auteur imagine que les dialogues se tissent, silencieusement, à partir des regards échangés, comme si les pensées secrètes de chacun s’exposaient au grand jour. Nous sommes deux minutes avant l’arrivée de la Cour. La seule défense d’Alex est alors le déni. Lors de la troisième partie, une minute donc avant l’arrivée de la Cour, la narratrice cherche comment alléger, même de façon infinitésimale, cet immense gâchis.
Couteau de nuit est une écriture sous tension, l’idée de départ est bien tenue, même s’il est difficile pour l’auteur d’éviter tout pathos. L’on ressent une vraie nécessité d’essayer de raconter une histoire humaine complexe au lieu du simple fait divers. Mettre des mots sur la violence pour tenter de nommer les endroits de dérapage, pointer les responsabilités partagées, tisser des ponts et réparer, un peu, l’irréparable.

couteau de nuit
de nadia xerri-L
Actes Sud-Papiers, 62 pages, 10

Couteau de nuit Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97 - 6.50 €
LMDA PDF n°97 - 4.00 €