La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mémoire du vide

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Franck Mannoni

Mémoire du vide

Samuele Stochino a réellement existé. Pour s’en détacher, Marcello Fois l’écrit avec deux « c », s’ouvrant ainsi un espace de liberté. Stochino a été l’ennemi public numéro un en Sardaigne. On lui reproche carnages, tueries et vendetta. Le régime fasciste l’a traqué inlassablement, proposant pour sa capture l’une des plus importantes récompenses jamais offertes jusqu’alors (l’équivalent de 500 000 d’aujourd’hui). Marcello Fois s’empare de cette figure légendaire et dresse, à travers son histoire romancée, un portrait des Sardes en ce début de XXe siècle. L’écrivain couche ainsi sur le papier un récit essentiellement oral dont il comble les blancs, tout en gardant un style qui rappelle admirablement les récits de veillées et captive de bout en bout. Tout commence par une nuit de lune et par un verre d’eau refusé à un père et son enfant, qui voyagent de nuit et à pied. Le petit Samuele gardera toute sa vie le souvenir de cette humiliation : « quand on commence à payer, il faut tout payer ». Un destin est scellé pour ce garçon dont on dit qu’il « a le cœur anguleux comme celui des assassins ». Autour de lui, tout est signe, tout s’interprète. La religion et la superstition se mêlent pour lire dans le moindre souffle de vent l’annonce d’un malheur. Aux coups de la vie quotidienne s’ajoutent les drames de la grande Histoire (la guerre italo-turque de 1911, la Première Guerre mondiale, la montée du fascisme). Stocchino se débat. Sur son île, il porte le poids de son parcours personnel et ploie sous des générations de bergers opprimés. Il est « difficile de donner un sens à tant de souffrance millénaire. Et les mots manquent souvent, mais il reste au dedans une mémoire du vide ». Par ce récit épique, Marcello Fois raconte ce que l’Histoire ne peut dire. Pour lui, « les Sardes ont la capacité d’être extrêmement honnêtes et délinquants tout ensemble, exaltés et déprimés, tristes et heureux ». Samuele Stocchino concentre ces différents états qu’il vit de manière simultanée, car " c’est ainsi qu’on décrit les histoires édi

mémoire du vide
de marcello fois
Traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro
Seuil, 272 pages, 18,50

Mémoire du vide Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €