La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais La maladie littérature

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Thierry Cecille

Croire en la littérature, est-ce une forme de foi - ou de folie ? L’héroïne-narratrice de cette pérégrination fantastique n’obtiendra pas de réponse à cette question bouleversante.

Nous sommes tous Kafka

On peut supposer que vous, lecteurs du Matricule, comme nous, collaborateurs dudit Matricule, puissiez éprouver parfois cette inquiétude : à force de lire, n’aurions-nous pas tendance à ne voir, dans la réalité, que ce que les livres nous en disent ? L’aube, chaque matin, ne serait-elle pas semblable à une page blanche - que les signes imprimés, puis lus, viendront remplir ? Ne connaissons-nous pas de telles hallucinations : cette mendiante, au coin de la rue, n’est-elle pas celle que j’ai rencontrée, hier au soir, chez Rilke, entre les pages des Cahiers de Malte Laurids Brigge ? Et les arguties non dénuées de sous-entendus de cet ami prétendu, ne les ai-je pas lues, ce matin, chez Sarraute ? C’est à de telles expériences, à une telle perplexité non dépourvue de charme, que se voit confrontée la narratrice de ce récit fantastique et drolatique de Nuria Amat. Née en 1950, elle nous est présentée comme philosophe, romancière, essayiste et – cela nous rassure quant à sa santé mentale et à son statut social – « docteur en sciences de la communication ». Il s’agit donc bien d’un roman - nous respirons…
Nous n’essaierons pas d’en résumer les épisodes : à la recherche d’un écrivain suicidaire, vaguement entr’aperçu, l’héroïne connaîtra de successives incarnations, découvrira – et nous avec elle – qu’elle est peut-être la femme (qu’il n’a jamais eue !) de Kafka, l’épouse (obscène à souhait) puis la fille (folle à lier) de Joyce, elle rencontrera, dans le parc d’un asile (sans psychiatres - « à moins que ceux-ci aient décidé de faire les fous ») Louise Colet et Virginia Woolf, dialoguera, dans la bibliothèque de Walter Benjamin, avec Roussel et Calvino - avant que Rimbaud ne vienne, sautillant par-dessus son lit, lui donner des leçons de génialité ! La langue – saluons la traduction – mêle savamment l’aphoristique (« A la fin, tous les artistes frustrés finissent par être écrivains parce qu’être écrivain, c’est être un artiste frustré en permanence » ou « Si un écrivain veut être avant tout un homme bon, il vaut mieux qu’il abandonne son projet d’être un bon écrivain ») au logorrhéique (Thomas Bernhard est présent dès l’épigraphe – révélatrice). Nuria Amat nous conduit avec entrain – malgré quelques bavardages et quelques pensées un peu convenues – dans ce périple érudit, loufoque et parfois vertigineux. Qu’est-ce qu’écrire ? Qu’est-ce que lire ? Écrit-on au péril de la mort ? Meurt-on de ne pouvoir écrire ? Les enfants d’écrivains peuvent-ils être écrivains ? Et – ajouterions-nous (car la maladie nous gagne) – les enfants des lecteurs échapper aux lectures de leurs parents ? Joyce ne considérait-il Svevo que comme un modèle pour son Leopold Bloom ? Finnegans Wake est-il un livre ou « une plaisanterie de mauvais goût » ? Kafka ne vécut-il pas, toute sa vie, avec « la peur éternelle d’être Brod et pas Kafka » ? Et « maintenant que le lecteur ne lit pas », peut-être n’est-il pas si grave « d’être un écrivain qui n’écrit pas » ?
Si tout cela vous effraie un peu, commencez donc par la fin : un « glossaire onomastique » rassemble une petite centaine de courtes notices biographiques délectables. Tenez, au hasard : « Lispector, Clarice : Cette femme écrivain brésilienne écrit comme on rêve. Lorsqu’elle écrit, Lispector meurt, c’est pourquoi on en vient à se demander si sa mort réelle n’a pas été une autre de ses fantaisies créatrices. Grâce à Lispector, le langage renaît. Le cancer, qui est la solitude des grands écrivains, a emporté sa vie. »

Nous sommes tous Kafka de Nuria Amat
Traduit de l’espagnol par Line Amselem
Allia, 239 pages, 9

La maladie littérature Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €