La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Une chenille dans le coeur

janvier 2009 | Le Matricule des Anges n°99 | par Laurence Cazaux

Une chenille dans le coeur

Stéphane Jaubertie continue de nous offrir du théâtre qui pétille. L’auteur plante souvent son récit au cœur des moments de bascule, de passage, par exemple la sortie de l’enfance. On note quelques autres traits d’union entre ses différents textes, une sensibilité à l’écologie, la découverte de l’amour… Dans sa nouvelle pièce, Stéphane Jaubertie donne vie à l’enfant, une gamine abîmée mais pleine de vitalité, une petite chenille rêvant de devenir papillon. Née de l’amour d’une femme et d’un arbre, l’enfant n’a pas de colonne vertébrale. Elle vit dans un corset, mais celui-ci est devenu trop étroit. Elle part donc à la rencontre du bûcheron pour qu’il lui taille un nouveau corset lui permettant de grandir. Mais ce bûcheron-là se trouve être ultralibéral, issu d’une famille de bûcherons ayant fui la misère et qui, en trois générations, a réduit une forêt merveilleuse à l’état de désert. Un arbre et une poule sont les seuls survivants de ce massacre. Pour le bûcheron, cet arbre est depuis devenu le symbole de sa vie, il s’est juré de ne jamais l’abattre. La petite chenille va donc tout faire pour essayer d’apprivoiser cet hurluberlu. En plus de ces deux-là, Stéphane Jaubertie a imaginé un troisième personnage, la présence. Ce serait l’enfant devenue femme, nous racontant son histoire en endossant différents rôles. Pour l’auteur, la présence est à la fois conteuse, figure maternelle et lieu de passage où se métamorphosent les morts et les vivants.
Nous sommes entre le fantastique du conte et le théâtre. Dans un entre-deux offrant toute liberté. Mais le théâtre l’emporte avec cette langue propre à Jaubertie, directe, joyeuse et inventive qui rend les situations savoureuses. L’écriture va vite avec des personnages bien campés, ayant les pieds sur terre et la tête dans les nuages, rêvant leur vie. L’auteur invite toutes sortes d’émotions, de la fureur à l’amour, à venir bousculer son histoire. Cela donne un récit drôlement vivant. Les pièces de Jaubertie sont comme des petits cailloux qu’on range dans sa boîte à trésors, pour rêver à comment grandir encore un peu, tous les jours.

UNE CHENILLE DANS
LE CŒUR

de STÉPHANE JAUBERTIE
Théâtrales jeunesse, 84 pages, 7

Une chenille dans le coeur Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°99 , janvier 2009.