La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Petites correspondances

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Philippe Savary

Lancées fin 2005, les éditions du Chemin de fer perpétuent la tradition du livre illustré : à une nouvelle inédite ou épuisée, répond le travail d’un artiste. Pour une lecture dynamique, le temps d’un court voyage.

Il faut emprunter des routes étroites, plutôt que le rail, pour rejoindre les éditions du Chemin de fer. Nous sommes ici à 20 km de Nevers, à l’orée d’une forêt. Entre canards, chasseurs et chevreuils. « C’est plus charmant une maison d’édition au bout d’un chemin que personne ne va trouver », s’amuse François Grosso. On acquiesce. Cet ancien étudiant en Lettres partage son temps entre Bourgogne et Paris, comme Renaud Buénerd. Le premier, après une expérience chez Albin Michel (service audiovisuel), donne des cours de français à des étrangers. Le second est graphiste indépendant (dans le secteur de la mode) après avoir fréquenté les Beaux-Arts de Grenoble. Clotilde Bocquet, troisième pilier de l’équipe, travaille elle dans le même centre de formation que François Grosso. Ils ont des affinités : l’amour de la littérature et des arts plastiques.
Chaque semestre, depuis novembre 2005, Le Chemin de fer publie une salve de trois ou quatre titres, « pour des raisons de rentabilité ». Des ouvrages élégants, reconnaissables : sous leur format poche (10,5 x 18) dialoguent images et textes courts. Les écrivains se prêtent au jeu : Annie Saumont, Mercedes Deambrosis, Arnaud Cathrine, Éric Pessan ( « le seul qui nous a amené ce qu’on ne veut pas : le texte déjà illustré ! » ), ou dernièrement Daniel Arsand avec son bel et impudique Alberto ( « notre unique texte autobiographique » ). Les plasticiens apportent, eux, leur liberté. Rencontre avec un duo d’artisans qui conjugue savoir-faire avec savoir-vivre.

Pourquoi avoir choisi le livre illustré ?
François Grosso : Je reste sûrement très nostalgique des livres de bibliophilie illustrés par Matisse, Dufy ou Picasso… En fait, c’est quelque chose que nous avons toujours fait par plaisir. Je recopiais des textes que j’aimais, et Renaud les illustrait. Nous les imprimions nous-mêmes. On les offrait ensuite à nos amis. Au départ, il y avait le goût de la reliure. Et puis en 2004, nous avons fabriqué un livre autour de poèmes d’Henry Bauchau. J’ai envoyé un second exemplaire à l’auteur. Il a répondu : « Si vous créez une maison d’édition, je fais un livre avec vous, mais dépêchez-vous, je suis vieux. » Ce fut le déclic.

Henry Bauchau est donc le parrain du Chemin de fer.
François Grosso : Oui ! Et il nous le rend bien. En noir et blanc a été réimprimé. Nous avons fait des essais, comme des livres accordéons, ou des livres avec deux textes qui se répondent (Roubaud/Perec par exemple). Mais c’était trop compliqué, selon les libraires… Lorsque le choix de la forme a été arrêté, nous avons contacté Annie Saumont, Arnaud Cathrine, Pierre Autin-Grenier et Jean Echenoz. Les trois premiers ont accepté de nous donner une nouvelle. Echenoz nous avait proposé un texte épuisé, J’arrive, paru en 1992 dans la revue Le Serpent à plumes, avant de se rétracter - ce titre était un mauvais souvenir, selon lui… On a donc sorti quatre livres d’un coup. Il fallait marquer les esprits, et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?