La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Nuit secrète

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Dominique Aussenac

Sigila N°23 (nuit)

A partir du moment où origines et fins de la vie demeurent inconnues, que peut être notre perception du monde ? Le réel lui-même s’apparente à un voile tout couturé de mystères. Pas étonnant que la revue bimestrielle, transdisciplinaire et franco-portugaise Sigila poursuive inlassablement sa traque. Vingt-trois numéros ont exploré le secret sous de multiples et étonnantes facettes : Géométrie du secret, Temps du secret, Secret des sens, des origines… Après L’ombre, voilà que la revue s’attaque à l’immensité de la nuit – la lusitanienne noite. Disciple de Bachelard et de Jung, c’est le philosophe Gilbert Durand, directeur du Centre de recherche sur l’imaginaire, qui a dirigé ce numéro. Dans la préface, il évoque l’évolution de l’image de la nuit au cours des siècles, à travers l’histoire et les arts. Ainsi l’Inquisition, la plus formidable machine à broyer de l’humain, a pu correspondre au primat des ténèbres sur la lumière. Doit-on aujourd’hui écouter ceux qui en dénoncent ses modernes avatars : l’Opus Dei et certains papes élevés sous svatika ? La réconciliation avec la nuit date de 1600 et « les premiers opéras mettant en scène Orphée et Eurydice par Crespy et Monteverdi. » Au XIXe siècle, « la musique elle-même fait place progressivement au nocturne, qui est une apologie plus ou moins cachée de la nuit. » Voir Chopin, Fauré, Schumann, Beethoven, Novalis ou Weber. « Mallarmé ouvre notre modernité au renouveau de la nuit ! ».

Aujourd’hui la peinture de Soulages exprime « l’émancipation du noir total, envahissant la toile par le chant noir de la nuit. » De là à affirmer que l’élection d’Obama célèbre « l’ère de la nuit triomphante », il y a un fossé que certains pourraient aisément franchir. Dominique Ponnau, conservateur général du Patrimoine, nous invite plus simplement à contempler à nouveau « l’éclat pur et tremblant de la bienheureuse Nuit pascale, en attendant de la traverser à notre tour. » Tandis que Bernard Sesé dans sa Poétique de la nuit selon saint Jean de la Croix cite Jean Baruzi : « par un prodige de l’imagination mystique, la nuit est à la fois la plus intime traduction de l’expérience et l’expérience ellemême. » Ce qu’Aragon traduira dans un poème du Fou d’Elsa par « Et quand il est à s’en mourir/ Jean comprend sa douleur extrême/ La nuit obscure de luimême/ Et les clous de Dieu dans son âme. » Laurence Motoret prétend, elle, que « La nuit de toutes façons, est dans la salle de cinéma, qu’on y pénètre avant ou après le coucher du soleil. Et ce qui s’affiche sur l’écran en face du spectateur est toujours une révélation… »
Dans une deuxième partie, l’Anthologie du secret rassemble des textes de Joseph Von Eichendorff, Khalil Gibran, Álvaro de Campos, Eugénio de Andrade… Si ce numéro contient moins de contributions lisutaniennes et ethnologiques que les précédents, Sigila, toujours savante, parfois académique, permet de vaincre les ténèbres tout autour de minuit.

SIGILA N° 23, 246 p., 16 (21, rue Saint-Médard 75005 Paris)

Nuit secrète Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €