La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Voter le dromadaire

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Éric Dussert

La Parlotte de Marianne : L’Argot des politiques

Le Français a un rapport étroit avec sa langue. Fût-il de la haute ou des bas-fonds, il lui faut inventer des mots et des formules capables de rendre intonations inouïes, agacements ou exaltations que la langue bourgeoise exprime sans feu. C’est ainsi que les argots - très utiles dès lors que l’on ne souhaite pas être compris de tous - ont fleuri en même temps que les jargons. Évidemment, l’homme politique n’a jamais été en reste lorsqu’il s’agit d’être un citoyen, il est donc bien naturel que la langue parlementaire se soit dotée des fleurs particulières dont Bruno Fuligni a dressé la guirlande. La Parlotte des parlementaires n’est donc pas une énième recension des bons mots de nos élus, c’est un dictionnaire du parler politique. C’est aussi un traité de vie politique par la bande, et un outil utile pour comprendre les astuces d’écrits anciens dont les finesses pourraient échapper.
Depuis la Révolution jusqu’à la création de Sarkoziland, pipole en diable, en passant par la « zone nono », fameuse « zone non-occupée » donc libre, où l’Occupant n’avait pas encore posé la botte, cette parlotte enseigne et réjouit : ainsi, au XIXe siècle, les journalistes chargés de rendre compte des séances « jetaient du blanc » en insérant onomatopées, bons mots et anecdotes imaginaires afin d’aérer leurs papiers et de les rendre lisibles, quitte à inventer le « père Martineau », député fictif ; un « jeune cycliste » est un parlementaire neuf et motivé qui pédale dur, les députés « pinardiers » veillent au vin, la « moderfie » modernise les finances publiques, la « flibuste » fait de l’obstruction, le « dromadaire » est le droit au repos hebdomadaire, et une « D’Anglemont du bureau de tabac » est la petite amie de ces messieurs de la Représentation nationale, issue du « cagibi des belles madames » et destinée au « confessionnal ». On le soulignait plus haut : un élu a des appétits d’Homme.

La Parlotte des parlementaires de Bruno Fuligni, Horay, 272 pages, 18

Voter le dromadaire Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €