La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Rencontre

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Thierry Cecille

Poursuivant l’entreprise exploratoire - et apologétique - entamée dans ses précédents essais, de L’Art du roman au Rideau (voir Lmda N°64), Kundera nous communique ses enthousiasmes, des « rencontres » marquantes, certaines anciennes, d’autres plus récentes. Sa position pourrait paraître périlleuse, voire intenable : il défend à la fois la modernité (en particulier celle de l’autre Europe, en musique comme en littérature, Schönberg, Janacek, Musil, Broch) et la tradition, cette longue histoire de la création dont nous héritons. Il place au plus haut le roman en tant que forme (permettant des « sondes existentielles »), mais sait prendre en compte les critiques qui lui furent adressées par certains des modernes (par exemple les surréalistes). Son leitmotiv, son mot d’ordre réitéré : pourfendre la « misomusie » (« une indifférence à l’art, le refus de l’art, l’allergie à l’art ») et le sentimentalisme qui s’apparente souvent au kitsch (ou à ce « mensonge romantique » que Girard dénonça jadis). Dans ce combat il associe alors ceux dont il se sent proche - et qui peuvent nous sembler aux antipodes les uns des autres ! Xenakis, ainsi, a su « prendre le parti de la sonorité objective du monde contre celle de la subjectivité d’une âme » comme Anatole France (dans Les Dieux ont soif) est parvenu, tout en rendant compte de la tragédie que fut la Terreur (la première, celle de 1793), à n’user d’« aucun pathos, aucune accusation, aucun rire jaune, seulement un léger, léger, léger voile de tristesse… » De même, le « geste brutal » de Bacon, nous confrontant avec la « matérialité physiologique de l’homme », peut rejoindre « l’ironie désespérée » de Malaparte dans ces deux romans pour lesquels il a - et Kundera nous rappelle combien c’est rare - « trouvé une forme » : Kaputt et La Peau. Et nous n’avons alors qu’un désir : nous replonger dans ces œuvres, parfois injustement négligées par notre temps, peut-être « l’époque de l’après-art », de l’oubli destructeur.

Une rencontre
de Milan Kundera
Gallimard, 204 pages, 17, 90

Rencontre Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €