La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Les Européens

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Yves Le Gall

Ecrit en 1878, la même année que Daisy Miller, Les Européens traite sensiblement du même thème. Mais tandis que Henry James fait découvrir l’Europe à Daisy, Félix et Eugénie font le voyage inverse pour rencontrer leurs cousins américains des environs de Boston. Le mode de vie très puritain de la Nouvelle-Angleterre devrait poser quelques difficultés d’adaptation à la très mondaine Eugénie et à Félix, son frère au tempérament jovial et insouciant. Ils sont toutefois accueillis avec la plus grande bienveillance et succombent au charme de longues promenades dans cette région de bois et d’étangs dotée d’une vue splendide sur les sommets du Massachusetts. Gertrude et Charlotte, jeunes filles en robes de mousseline et aux chapeaux noués de ruban blanc égayent ce tableau à la naïveté toute idyllique. Leur fragilité, leur innocence sont caractéristiques de bien d’autres personnages féminins de l’œuvre de James. Et conviennent à sa façon d’aborder le monde, en l’effleurant à peine, en se contentant d’instantanés fugaces par lesquels il tente de capter l’insaisissable. Si Les Européens n’est sans doute pas son meilleur texte, ce petit roman offre un bel échantillon des charmes de son écriture et de son style précis, fluide et un rien sophistiqué. Le destin de Gertrude et de Charlotte va finalement basculer. Mais cela se produira dans un contexte si léger, si superficiel, que le lecteur en doute un peu. En fait il suffit « d’un échange de plaisanteries puériles » pour qu’un garçon et une fille décident de se marier. Ce qui a le don d’irriter la très européenne Eugénie. Lire James c’est se laisser porter par un flux d’impressions fugitives et savoureuses menant à de douces incertitudes. La voie de l’imagination reste toujours ouverte. « Rien ne dépasse les licences d’imagination des gens austères », remarque Félix. Quand la malice se lie à la délicatesse…

Les Européens
de Henry James
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Denise Van Moppès, Points, 245 pages, 9,50

Les Européens Par Yves Le Gall
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €