La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Pierre Michon
Le chef-d’œuvre invisible

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Thierry Guichard

On est plongé d’abord dans un brassage de couleurs, où un peintre fait de la magie sous un grand plafond d’outre-Rhin et c’est Tiepolo. Où un autre apprend la grande magie et c’est son fils. Un père, un fils, des couleurs et cette langue qui tourbillonne, plonge et s’élève et c’est Michon. Le troisième peintre n’est que dans une absence : on dit qu’il est peint ici par Tiepolo qu’il servit, on prétend qu’il figure là chez David dans son Serment du Jeu de paume. Quand les rumeurs survivent aux siècles, elles sont légendes et quand un homme porte sa légende, c’est qu’il fut roi dans son art. Ce troisième peintre qui dépasse les deux Tiepolo et David ensemble, c’est François-Élie Corentin : « Il était né on le sait à Combleux en 1730. » On le sait aussi, il peindra à la fin de sa vie le plus grand chef-d’œuvre que le Louvre expose : Les Onze. Le livre va nous dire pourquoi, mais pas comment. Le livre taira aussi que Corentin et tous ses tableaux sont pures inventions de l’auteur. Pour arriver à nous faire voir (et croire en) ce tableau, Pierre Michon va user d’une autre forme de magie : à Corentin, il donne une généalogie et ses propres traits. Il le fait naître en bord de Loire, mais descendant d’un Limousin rescapé de l’Histoire. Son grand-père huguenot fit construire le canal qui longe le fleuve d’Orléans à Montargis en y exploitant des Limousins dont c’est le destin. De noces qu’il fit avec la noblesse, il eut une fille qui rencontra un poète anacréonique, François Corentin, fils d’un « Limousin qui avait miraculeusement bondi hors des dix mois de négritude sur douze » à quoi sont tenus les Limousins en bord de Loire. François Corentin fut sensible à la fraîcheur de la jeune fille et peut-être à l’or qu’elle promettait. Il l’engrossa et l’enfant né, puisqu’il fallait à Michon que François-Élie lui ressemblât, il quitta sa femme et son fils. Exit le père, bonjour « françoizélie », l’enfant roi qui règne sur deux femmes et un bout de canal dans quoi meurent des Limousins. Ce sont là des pages de pure beauté que nou
Interrompant plusieurs fois le récit de cette enfance, le narrateur quitte Combleux pour nous donner à voir ce tableau des Onze qu’une vitre blindée protège au Louvre. C’est que le sujet qui le presse se trouve à 63 ans de la naissance de Corentin : c’est la Terreur, le Comité de salut public. Ce sont des noms aussi, entrés dans l’Histoire, et des vies plus courtes que ne le sera celle du peintre. C’est vers ça, et vers quelque chose de noir que nous entraîne le livre. On retrouve le « vieux crocodile » qu’est devenu le peintre auquel on commande de réaliser dans le même cadre les onze membres du Comité de salut public : un « tableau fait d’hommes, dans cette époque où les tableaux étaient faits de Vertus. » Corentin dit oui, empoche l’or, les couleurs s’effacent, la pénombre s’avance : on a le temps de voir que les onze sont peut-être un seul, que c’est peut-être onze fois Corentin ou onze fois son père, on ne sait pas,...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €