La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le singe

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Thierry Cecille

Le Singe vient réclamer son crâne

Nous sommes dans la France occupée : le professeur Maisonnier est un anthropologue reconnu, il dirige l’Institut international de paléoanthropologie et de préhistoire et ses derniers ouvrages combattaient les pseudos théories raciales et racistes des pseudos savants nazis. Mais voici que justement les nazis débarquent et veulent obtenir de lui qu’en une honteuse palinodie il se rétracte et passe de leur côté. Autour de lui se pressent et s’affrontent alors fidèles et traîtres, membres de la Gestapo et résistants dissimulés, une femme attentive mais débordée et un fils encore enfant qui deviendra le chroniqueur, dix ans plus tard, de ce destin tragique. Mais ceci n’est rien encore : c’est à Alma-Ata, au Kazakhstan, en 1943, que Iouri Dombrovski imagine ce récit à la fois réaliste et légèrement onirique, conte noir et quelque peu kafkaïen. Il vient d’être libéré après quatre ans de camp et y retournera pour dix ans, ce roman lui-même faisant partie des chefs d’accusation ! En effet, on le jugera peu en rapport avec la ferveur qu’exigeait alors la « grande guerre patriotique », il est digne, accuse-t-on, d’être signé par « l’écrivain fasciste Jean-Paul Sartra (sic) ». Mais ce serait un Sartre doué du sens de l’humour, érudit et sarcastique : Dombrovski démêle avec acuité et verve les tourments d’intellectuels confrontés à l’Histoire. La question est bien : mourir pour des idées ? On peut regretter certaines longueurs, on peut parfois s’essouffler à tenter de suivre les multiples détours de l’intrigue, mais le diagnostic est radical et malheureusement valable pour aujourd’hui et demain sans doute : rares sont ceux qui résistent, quand le « pithécanthrope » reprend le dessus en nous et que « la vertu doit demander au vice de lui pardonner d’exister » (Shakespeare).

LE SINGE VIENT
RÉCLAMER SON CRÂNE

de IOURI DOMBROVSKI
Traduit du russe par Dimitri Sesemann, Verdier poche,
423 pages, 12

Le singe Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €