La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rongés au mythe

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Gilles Magniont

L’étui à violoncelle s’ouvre, sur la doublure de velours d’un rouge vineux repose une mitraillette toute neuve «  : ce sont les premiers mots de Chicago-Ballade, étude extraite du recueil Politique et crime, publié en Allemagne en 1964. L’image vous dit quelque chose ? Pas étonnant : rien de mieux partagé que l’esthétique du gangstérisme, romantisme brutal qui nourrit tant d’œuvres depuis des décennies. À en croire Hans Magnus Enzensberg, voilà bien le seul mythe qu’a su forger notre monde industriel. Revenons aux sources : 1920-1933, l’âge de la prohibition américaine, où quelques hommes, attachés à l’ordre social, la famille, la propriété privée, sauront répondre à la grande loi de l’offre et la demande, c’est-à-dire rationaliser la production et distribution d’alcool, en tenant politiques et polices par les couilles. On les nomme aussi gangsters ; leur terrain d’élection est Chicago, où le fameux Capone administre la guerre des gangs, laquelle est » aussi pleine d’enseignements et aussi ennuyeuse que celle du secteur de l’alimentation dans n’importe quelle ville de province ; c’est un thème pour dissertation d’économie politique. Ses personnages sont très moyens ; le fait qu’ils aient eu recours à des mitrailleuses au lieu de traites ne les grandit pas « . Ce qu’ils ont de singulier, toutefois : ces hommes d’affaires du Nouveau Monde sont aussi des immigrants, c’est-à-dire issus d’une nuit des temps exotique et féodale, passé précapitaliste où s’entrechoquent pourboires fabuleux et code de l’honneur très obscur. Un » ordre plus ancien et plus barbare « que la société américaine accueillit néanmoins avec ferveur : c’est qu’elle était » prête pour la régression « des mitrailleuses, au même titre peut être que nous le fûmes pour celle des fascismes. Rapprochement intrigant, n’est-il pas ? Pour trois euros, aucune raison de se priver de la prose lapidaire et inquiète d’Enzensberg, quelque part » entre le roman-feuilleton et la philosophie ".


Chicago-Ballade de Hans Magnus Enzensberg - traduit de l’allemand par Lily Jumel, Allia, 94 pages, 3

Rongés au mythe Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104 - 6.50 €
LMDA PDF n°104 - 4.00 €