La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La mire et l’ombre

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Etienne Leterrier

Nema problema (suivi de) Pessah / Passage

23 ans, le jeune photographe italien qui se confesse, dans Nema Problema de Laura Forti, s’est vu forcé de remplacer un jour de 1992 la mire de son Nikon par celle d’un fusil d’assaut. Enrôlé dans les troupes croates qui se rendaient sur le front des Balkans, il a assisté aux horreurs qui parsèment « l’enfer de la Bosnie », traversé des tueries, tué à son tour, tissé des amitiés et brisé des hommes, avant de revenir raconter son histoire (non pas plein d’usage et raison mais vieilli et traumatisé), accompagné dans son récit par un long solo de saxophone.
Pessah / Passage, que Lukas Hemleb avait créé en France en 2004, place autour de la table rituelle de la Pâque juive une famille s’apprêtant à fêter la sortie d’Egypte des enfants d’Israël… à moins que ce ne soit seulement l’anniversaire des 16 ans du petit dernier, Nino, sorti étrenner sa nouvelle bécane - car nous sommes en Italie. À partir de ce conflit initial, noué autour de double dimension de la soirée, à la fois profane et sacrée, Laura Forti interroge la notion d’identité et les difficultés de sa transmission, une transmission rendue d’autant plus problématique que le fils s’est converti au bouddhisme, et que la fille, « communiste et pro-palestinienne », se vante d’avoir stoppé sa lecture du Judaïsme de A à Z dès la fin du premier chapitre.
Dans ce conflit, Laura Forti a la sagesse de renvoyer dos à dos la tradition religieuse empesée dont la mère se fait le temple, et la légèreté des enfants oublieux de leurs racines. Ni « appel du sang des pères » ni vraiment « marketing qui se fait derrière son petit bureau », l’identité des êtres s’enrichit également au cours de cette soirée des petites révélations que chacun laisse filtrer sur l’autre, comme pour rappeler la part largement fictive qui détermine chacun d’entre nous.

Nema Problema (suivi de) Pessah/Passage de Laura Forti
Traduit de l’italien par Marie d’Origny, Emiliano Schmidt Fiori, Caroline Chaniolleau, Actes Sud papiers, 128 pages, 18,50

La mire et l’ombre Par Etienne Leterrier
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €