La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le patron

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Thierry Guichard

Le meilleur du troisième livre de Célia Houdart ne se lit pas à l’intérieur de la centaine de page qui le constitue. Le meilleur de ce court roman, c’est son elliptique quatrième de couverture qui donne envie d’entrer dans Le Patron avec la sensation qu’on y découvrira un univers singulier. Et on y entre facilement tant la prose ici s’applique à ne pas nous brusquer. Le Patron s’attache à suivre le jeune Bilal, qu’une chute conduit chez Pierre Wilms un neurochirurgien qui ne décèle aucun problème de santé. Le gamin rentre chez lui, c’est-à-dire en banlieue chez ses parents d’origine kabyle. Ceux-ci, à la suite de troubles familiaux dans leur pays d’origine, doivent quitter la France rapidement quelque temps après. Toute la famille fait ses bagages, se rend à l’aéroport pour voler vers l’Algérie. Bilal réussit (on se demande bien comment) à s’enfuir de l’avion avant le décollage et retourne seul chez lui. L’adolescent veut revoir le neurochirurgien et se faire adopter de lui. Bon. Pourquoi pas ? L’intrusion d’un adolescent dans la vie d’un veuf pourrait être un beau sujet. Mais Célia Houdart, malgré une belle capacité à décrire de petits moments, d’infimes gestes, écrit une prose sans pli, propre comme ces uniformes d’enfants qu’on mène à la messe dans certains beaux quartiers. La prose est appliquée, aseptisée presque, sans accroc et sans couleur. Il y a certes des sauts narratifs très légers qui pourraient donner le ton singulier qu’on cherchait, mais c’est infime. Ça se lit bien certes, comme se boit facilement une eau claire pas trop fraîche, mais le livre achevé, on se demande s’il faudra plus d’une semaine pour l’oublier.
On aimerait plus d’audace dans l’écriture, que la narration peut-être ne prenne pas le pouvoir sur un sentiment poétique de la vie. Célia Houdart semble en avoir les moyens, reste à les mettre en œuvre.

LE PATRON
DE CÉLIA HOUDART
P.O.L, 122 pages, 12

Le patron Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104 - 6.50 €
LMDA PDF n°104 - 4.00 €