La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le marchand de glaces

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Chloé Brendlé

Le Marchand de glaces

Et si on faisait une expérience ? « Des volontaires joueraient pendant plusieurs semaines les prisonniers d’un camp de la dernière guerre réaménagé à cette occasion - on ne pouvait, en effet, abandonner une telle surface sans affectation, surtout à notre époque où l’efficience est reine (…) ».
Tel est l’argument apparemment fou de ce premier roman : imaginer la reconstitution historique d’un camp de concentration. Dans un essai intitulé L’Objet du siècle, paru en 1998, le penseur Gérard Wacjman avait défendu l’idée que le fameux objet qui pourrait servir à décrire le vingtième siècle ne serait pas la présence (malgré la multiplication des images et de leur choc dans les médias) mais l’absence. Comme si l’afflux des commémorations et des discours sur la mémoire, comme si la muséification du passé venaient masquer l’oubli. La fable courte et efficace de Joël Jakubec donne à cette idée très forte une chair romanesque. En ajoutant à l’oubli la répétition. Avec une écriture nue et sèche, dénuée d’effets, rythmée par l’alternance des coups de pioche du narrateur et de ses souvenirs « d’avant », il privilégie la justesse et l’acuité des observations. Sans métaphore. « La mort rapporte gros quand elle est historique et sacrificielle. Une fois le sang versé viennent les corbeaux, puis les touristes. » L’auteur met le doigt où ça fait mal ; il transpose (à peine) notre société dans une grande tranchée. Terrain vague du monde contemporain. Le matricule virtuel des moyens de communication (internet, les portables…) finit par sceller le corps et l’âme. Quant au marchand de glaces, qui propose ses douceurs à l’entrée du camp, il est le double inquiétant du marchand de sable des enfants. Il endort la conscience et celle-ci, probablement, ne se réveillera pas de son cauchemar. Comme un symbole d’une société où « ce n’est plus le travail qui tue, mais les loisirs ». Malheureusement, « quand on comprend comment ça a commencé, c’est déjà trop tard… »

LE MARCHAND
DE GLACES

DE JOÊL JAKUBEC
Édtions Zoé, 123 pages, 15

Le marchand de glaces Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.