La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Jan Karski

septembre 2009 | Le Matricule des Anges n°106 | par Thierry Cecille

Septembre 1939 : l’armée polonaise s’effondre face à l’offensive allemande ; à l’est, conséquence du pacte germano-soviétique, l’Armée Rouge s’avance. Jan Karski, jeune sous-lieutenant, réussit à échapper à ce double péril et devient « le courrier de l’Etat secret polonais », établi à Londres. En 1942, deux juifs le pressent de se rendre dans le ghetto de Varsovie : à partir de ce moment, il devient témoin - et messager. Il s’efforce d’éveiller « la conscience du monde », de convaincre les Alliés d’empêcher l’extermination en marche - mais il échoue. On peut s’étonner que Yannick Haenel présente ces pages comme un « roman » : ainsi qu’il a l’honnêteté de l’indiquer dès l’abord, la première partie décrit l’entretien de Karski avec Lanzmann dans Shoah, la seconde résume à grands traits l’autobiographie de Karski et la troisième s’inspire « entre autres » d’une biographie qui lui fut consacrée. Seules quelques dizaines de pages « relèvent de l’invention » - ou, dirions-nous plutôt, d’un exercice oratoire très ancien : l’amplification. En effet, alors que le destin exceptionnel et la remarquable lucidité de Karski auraient amplement suffi à éveiller notre émotion et à susciter notre réflexion, le narrateur ne peut s’empêcher de gloser avec emphase (et cela dès l’épigraphe prévisible, l’antienne « Qui témoigne pour le témoin ? » de Celan) sur (et l’usage des italiques enfoncera, si besoin est, un peu plus le clou) l’indicible et l’inaudible. De pompeuses formules (malencontreusement placées dans la bouche de Karski, puisque la troisième partie est écrite à la première personne) rythment alors cette louable évocation (ainsi : « Lorsque une fois dans sa vie on a été porteur d’un message on l’est pour toujours ») et gênent la lecture bien plus qu’elles ne l’enrichissent. La dénonciation de la lâcheté des démocraties n’a quant à elle, dans un tel contexte, rien de bien neuf…

JAN KARSKI
DE YANNICK HAENEL
Gallimard, 188 pages, 16,50

Jan Karski Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°106 , septembre 2009.
LMDA papier n°106
6.50 €
LMDA PDF n°106
4.00 €