La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La tangente

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Richard Blin

Des effets de la fiction sur la vie au pouvoir des images, c’est le grand cristal des émotions et de leurs correspondances sensibles que fait miroiter Amina Danton dans son premier roman. Traumatisée par une mère « qui a toujours cru que la vraie vie était ailleurs et qui cognait sur celle qu’elle avait », la narratrice - qui n’a connu que les livres et qui a décidé, à 17 ans, de « guérir, seule, de ce mal que sa mère lui avait fait en la prenant pour béquille » - a entamé une correspondance avec Pierre R., l’auteur de La Vie rêvée, un livre dont elle a fait un espace miroir. « MA vie avait commencé à partir du jour où il avait répondu ».
Mais au premier rendez-vous, le gros bébé joufflu qu’elle est, comprend immédiatement qu’il va lui falloir devenir une autre, « vaincre le mollusque » en elle, enterrer la grosse fille et renaître en Génica, un au-delà d’elle-même, une fille belle et libre qui saura séduire Pierre R., « rayer définitivement de la carte ce jour où il avait pu si facilement (l’) oublier ».
Commence alors une longue dérive marquée par l’attente, l’entrelacement de la réalité des sentiments et de la fiction. Vivant dans un entre-deux fait d’inachèvement et d’ouverture à tous les possibles, elle s’abîme dans le théâtre intime de sa fidélité à un contrat fantasmatique. Doutant de sa propre existence, elle rencontre le monde à travers la photographie, voyage, multiplie les rencontres, cherche l’homme qui lui donnerait « l’impression d’appartenir à la vie ». Parallèlement, pour « dédramatiser » son rapport aux images, elle étudie le cinéma, travaille sur les thèmes du « commencement » et du « Toujours-jamais » alors qu’elle rêve d’un Toujours-déjà, ce qui l’oblige à organiser « un contretemps autour d’(elle). Ou un contresens. En tout cas un suspense ».
Dialogue d’ombres et de lumières sur fond de honte et de hantise, ce premier roman qui s’attache et s’attaque aux mécanismes de l’illusion comme à tout ce qui transforme le corps en un effet d’image est une réussite.

LA TANGENTE
d’AMINA DANTON
Gallimard, 192 pages, 14,50

La tangente Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €