La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sur la Brèche

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Camille Decisier

Outre son activité de libraire (à Vichy), La Brèche est un éditeur baladeur, féru de fissures, embrasures et autres lézardes littéraires. Son catalogue rassemble ainsi des textes courts et protéiformes qui sillonnent l’histoire pour puiser à leur guise dans la nature, et nous la donner à lire sous la plume de Walt Whitman, Verne ou Thoreau, pour ne citer qu’eux. Source de méditation, d’émerveillement ou simple objet de contemplation, l’univers est capté par fragments dans ces morceaux de choix, indépendants mais complémentaires : des rêveries de promeneurs fussent-ils ou non solitaires. Au nombre de ces minces ouvrages, d’une facture élégante et soignée, citons cette étonnante Musique des oiseaux, dont c’est la première parution française, et qui fut l’unique livre de son auteur. Simeon Pease Cheney y tient, dans les années 1880, le pari audacieux de retranscrire sur portées musicales, et uniquement à l’oreille, les chants d’oiseaux qu’il passe des journées entières à écouter dans les forêts de la Nouvelle-Angleterre, contestant l’idée qu’il n’y aurait pas de musique dans la nature ; « entende qui a des oreilles »… De son côté, Emerson nous emmène marcher du côté de Concord, dans le Massachusetts, village qui fut l’une de ses plus vives sources d’inspiration, abrité par des arbres formant « un domaine d’où les larmes, le crime, voire le souci sont absents ». Nourricière du corps et de l’esprit, la nature est avant tout un livre dans lequel l’homme peut se lire lui-même, sans pour autant cesser de se demander « quel est le sens profond de ce hiéroglyphe, aussi bien que la signification et la portée du Tout et toujours il demeure une part de signification que la plus haute connaissance de l’alphabet elle-même ne peut déchiffrer ». Jeter un coup d’œil par La Brèche, comme par une fenêtre ouverte à la crémone, c’est entrevoir les réponses que la littérature, humblement, mais avec enthousiasme, fait à nos questions.

La Musique des oiseaux DE Simeon Pease Cheney et Promenades à Concord de Ralph Waldo Emerson, traduits de l’américain par Pierre Viréo et Jean Duval, Librairie La Brèche, 31 et 23 pages, 6,90 et 5

Sur la Brèche Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109
6.50 €
LMDA PDF n°109
4.00 €