La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le club des caméléons

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Camille Decisier

Le Club des caméléons

Que vous soyez, comme Milan Dargent, né autour des années 60, que vous ayez eu la chance de collectionner les aventures de Ric Hochet puis, à peine plus tard, d’assister aux premières tournées européennes de Neil Young ; ou bien que vous soyez, comme l’auteur de ces lignes, né plus de vingt ans plus (trop ?) tard, manquant de justesse les derniers concerts de Lou Reed avec le Velvet Underground et les exploits d’Eddy Merckx, et en en conservant une petite nostalgie sucrée, vous trouverez bien quelque chose à vous mettre sous la dent dans le dernier ouvrage de Milan Dargent. Une gentille petite boîte de chocolats, si l’on peut dire, plutôt sentimentale par rapport à la rock’n’rollesque et corrosive Soupe à la tête de bouc (2002), qui n’avait rien du cadeau de Noël idéal. Le Club des caméléons est un genre d’album photo dont les légendes éclipsent les clichés eux-mêmes. Une sorte de « hall of fame » tout en rétrospection : bienvenue dans la chambre noire d’un auteur qui, à l’orée de la cinquantaine, épingle aux murs de sa mémoire, et du coup de la nôtre, les icônes plus ou moins connues de sa jeunesse : le très conceptuel copain Fred, qui l’initia aux œuvres « moches de beauté » et aux cauchemars psychédéliques ; l’héroïque parrain qui le fit légataire d’une péniche moisie fendue en deux ; Youki disparu pendant les vacances de Noël, petit cabot blanc se fondant dans l’immensité blanche. Et puis l’imperceptible souffle du temps qui, au mur de cette même chambre, remplace les Beatles traversant Abbey Road par le visage en gros plan de Che Guevara… C’est savoureux, simple et vivifiant comme devraient l’être les souvenirs. On en reprendrait bien un pour la route, mais en se dépêchant, avant d’oublier jusqu’au fonctionnement de l’arme fatale du rock’n’roll et de la mémoire enregistrée, la cassette C90, « on la tripotera, la retournera dans tous les sens (…). La bande ne résistera pas à nos grosses pattes, elle se coupera tout net, et à partir de là… à partir de là ce sera vraiment foutu. »

le club des caméléons
de milan dargent
Le Dilettante, 160 pages, 15

Le club des caméléons Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109 - 6.50 €
LMDA PDF n°109 - 4.00 €