La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le silenciaire

mars 2010 | Le Matricule des Anges n°111 | par Chloé Brendlé

Je n’appellerai pas routine la chose actuelle : la routine apprivoise et endort les sens. Alors que cet autobus, chaque matin et chaque nuit, ponctue de sursauts ma vie. « Le roman de l’Argentin Antonio Di Benedetto est le bref récit un brin rêche d’une lente descente aux enfers, celle d’un homme de bureau sans imagination qui supporte de moins en moins les bruits. Un bus, un bar, un atelier de mécanique, une mouche ou une musique qui bourdonne… L’anti-héros du Silenciaire est un homme contrarié, qui aime une jeune fille et en épouse une deuxième, et qui fréquente une sorte de parasite pédantesque, Besarión, double grotesque de lui-même. Ou encore, un bernard-l’ermite anthropomorphe en quête de coquille et en »croisade métaphysique « contre le bruit. L’auteur nous livre une fable héroï-comique qui pourrait s’appeler »un toit à soi « , et qui n’échappe pas toujours à l’anecdote, mais a le don de titiller le lecteur. Histoire peut-être de dire à celui-ci de prêter attention à ce qui l’entoure, autant que manière de signifier qu’il n’y aura bientôt plus guère d’endroit »habitable « . On lit un agaçant mais fascinant petit précis de la promiscuité et de la psychopathie ordinaires, le texte fonctionnant comme un délicat appareil enregistreur des troubles imperceptibles. Dans le monde de notre personnage, dont les frontières progressivement et dangereusement s’amenuisent, chaque événement (la chute d’une pédale de piano, des pierres contre le portail, la musique d’une radio) entraîne une reconfiguration intégrale de ce monde. C’est la chronique d’une défaite annoncée et d’un retournement assuré : le gêné deviendra »l’ennemi du progrès « et l’empêcheur de respirer en rond, disant à sa femme »Ne me fournis pas de matière à penser. Les pensées m’empêchent de dormir ". Celui qui, se détournant peu à peu de la vie et de son projet d’être écrivain, se retranche dans sa petite dictature intérieure, devient l’incendiaire du bruit…

le silenciaire
d’antonio di benedetto
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Bernard Tissier
José Corti, 191 pages, 20

Le silenciaire Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°111 , mars 2010.
LMDA papier n°111
6.50 €
LMDA PDF n°111
4.00 €