La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Martin Suter
Les vies multiples de Martin Suter

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Thierry Guichard

D’abord publiciste talentueux, le Suisse alémanique a toujours écrit pour gagner sa vie. Avec succès. Devenu journaliste, chroniqueur, scénariste, parolier, le romancier a trouvé dès son premier roman un lectorat considérable. Grâce notamment aux univers qu’il restitue avec un réalisme troublant. Visite aux Baléares.

Quand vous débarquez à Ibiza, pour peu que minuit vienne de sonner dans la nuit du 23 au 24 juin, vous êtes accueilli par un tonitruant feu d’artifice. L’île, et l’Espagne tout entière, fête la San Juan. Sur la plage, Allemands ventrus et Néerlandais à la peau pâle lèvent des bocks de bière à la santé de leurs équipes nationales de football, des bambins ouvrent de grands yeux fatigués sur les tatouages spectaculaires que des jeunes (filles aux cheveux courts ou garçons aux cheveux ras) exhibent sur leurs bras nus, leurs cuisses nues, leur ventre nu. Les pétards explosent sous les balcons et la mer se tait, attendant des jours meilleurs.
À votre arrivée à l’aéroport, peut-être serez-vous accueillis par un quarteron de jeunes filles bronzées, vêtues de shorts en jean et de t-shirts échancrés. Elles vous remettront un pack « V.I.P. » pour bénéficier de réductions sur les entrées au night-club l’Amnesia, une des plus prestigieuses boîtes de nuit de l’île, de l’Espagne, de l’Europe. L’Amnesia fête cette année ses vingt ans : impossible de ne pas le savoir.
Immanquablement on y voit un signe : l’écrivain Martin Suter qui a élu domicile sur l’île d’Ibiza, est l’auteur d’un premier roman, Small World dans lequel l’amnésie joue le rôle principal. Son héros, Conrad, victime de la maladie d’Alzheimer va, par la grâce de soins performants, recouvrer une partie de sa mémoire et mettre au jour un secret bien enfoui. Son troisième roman, Un ami parfait, lui s’attache à retrouver l’identité d’un journaliste qui a perdu la mémoire de cinquante jours de sa vie…
Le lendemain matin, sous un soleil enfin résolu à installer l’été, on prendra la route entre la ville d’Ibiza (Eivissa en catalan) et Sant Antoni. Le romancier suisse habite à mi-chemin, au bout quasiment d’un kilomètre de piste cahotique et rocailleuse. On passera devant l’Amnesia, justement, endormie sous le ciel délavé, aux abords de la quatre voies qui taille une cicatrice dans le paysage.
L’écrivain nous avait adressé par mail un plan dessiné à la main qui devait conduire jusqu’à la maison, faite de blocs aux géométries pures dessinée par sa femme, Margrith qui est architecte. Pour se repérer : un grand palmier (mais ils sont légion ici) et un large portail. On passe, bringuebalant, entre d’immenses propriétés entourées de murs ou de grillages que traverse un lapin malin. De belles demeures loin des bruits de la quatre voies, des boîtes de nuit et des plages, sous le soleil exactement.
La maison de notre hôte est double : une première bâtisse a été construite un peu après l’achat du terrain en 1997, l’année de parution de Small World. Une deuxième, sur un niveau supérieur, est désormais celle où le couple et leur jeune fille vivent. On n’a tout juste le temps de s’extasier sur des peintures accrochées aux murs et une cuisine open où l’inox impeccable fait penser à celles décrites dans Le Cuisinier. Martin Suter, dans un français à peine hésitant où l’accent suisse fait...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €