La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Philosophie sentimentale

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Thierry Cecille

Philosophie sentimentale

Une pratique dévote – bigote ? – pousse certains croyants à aller chercher au hasard, chaque matin, une phrase de la Bible afin qu’elle préfigure et guide la journée qui débute. Peut-être Frédéric Schifter procède-t-il de même – mais c’est chez Nietzsche, Montaigne, Proust et leurs semblables qu’il va cueillir quelque maxime ou aphorisme. C’est autour de tels adages ou oracles (ainsi, de Chamfort, « La meilleure philosophie, relativement au monde, est d’allier, à son égard, le sarcasme de la gaieté avec l’indulgence du mépris ») qu’il construit cet essai méditatif – rapide mais plein de vigueur et d’alacrité. Mêlant des « réflexions, tantôt personnelles, tantôt didactiques » à des pages plus narratives (certaines autobiographiques), il nous propose une sorte de bréviaire du pessimisme heureux. En effet, « d’une part, il y a le grand nombre des pessimistes malheureux que l’inexistence du monde terrorise tant qu’ils se convertissent à l’optimisme du salut et gobent les bluffs éthiques (…) d’autre part, il y a le petit nombre des pessimistes heureux, qui eux, volens nolens, s’accommodent du pire et prennent parfois le parti d’en rire – car ils ont ce sens de l’insignifiance que l’on appelle l’humour ». Plus proche peut-être de Perros que de Cioran, Schifter prône donc une sorte de dandysme souriant : il contemple à distance « les indigènes du prosaïque », leurs folies pathétiques, leurs masques et leurs impostures, et se réfugie dans l’otium que pratiquaient les sages antiques – mais sans l’ambition d’y trouver une maîtrise de soi qui ne serait qu’une illusion plus orgueilleuse encore. Son « acosmisme »« l’incapacité à se représenter la réalité sous la forme d’un monde » – ne le conduit pourtant pas au désespoir : une solitude bien remplie par la pratique conjointe de la lecture et de l’écriture, le plaisir esthétique, le désir de certaines femmes (« Bien mené, le flirt est une maïeutique »), et surtout la lucidité peuvent encore rendre la vie vivable.

Thierry Cecille

Philosophie sentimentale
Frédéric Schifter
Flammarion, 187 pages, 17

Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €