La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Corps

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Jérôme Goude

Alix, Grâce, Adèle et Ludmilla corroborent l’adage proustien selon lequel nous serions « enchaînés à un être d’un règne différent, dont des abîmes nous séparent, qui ne nous connaît pas et duquel il est impossible de nous faire comprendre : notre corps ». C’est, entre autres choses, la conclusion à laquelle Monika, pourrait parvenir, tant ces femmes qui franchissent le seuil de son institut de beauté semblent payer pour « oublier qu’elles en ont un ». Esthéticienne sujette à une nostalgie diffuse, la narratrice du troisième livre de Fabienne Jacob, de loin le plus construit, décèle dans les rides que ses clientes s’obstinent à occulter des blessures enfouies. Ou, l’intimité du cadre faisant, recueille leurs confidences. Soit, par exemple, celles d’une octogénaire qui à l’âge de 19 ans, parce qu’elle s’amouracha d’un Allemand pendant l’Occupation, eut le crâne rasé en place publique.
Composé d’une série de portraits évitant l’écueil d’un féminisme pompier, Corps s’incarne surtout, comme par opposition au déni d’existences artificielles, dans le récit des ressouvenirs de sa narratrice. Naguère « Polonaise au bord d’un champ de patates », Monika évoque la ferme de son enfance, les peupliers, un vase de glaïeuls rouges sur une commode, sa grande sœur Else et tous ses hommes de peu, « colosses murés dans le silence des lisières ». Un monde révolu donc, où la « vérité du corps est une coïncidence entre les années et la matière de la chair, entre l’extérieur et l’intérieur ».
Si le roman de Fabienne Jacob convainc par la façon dont il interroge notre rapport au corps réel et au corps imaginaire, demeure cependant quelque réserve. Çà et là, en effet, un lecteur sera peut-être tenté de songer au style bien singulier de Marie-Hélène Lafon, à son livre de nouvelles intitulé Organes, et publié chez le même éditeur. Il n’aura sûrement pas tort…

Jérôme Goude

Corps
Fabienne Jacob
Buchet Chastel, 157 pages, 13,50

Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €