La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les Chagrins

novembre 2010 | Le Matricule des Anges n°118

Héléna Danec est morte seule dans son appartement parisien. Rien ici ne laissait supposer qu’elle fut une détenue parmi d’autres à la prison de la Petite Roquette. Cinq ans pour avoir volé des bijoux, et pour avoir refusé de prononcer le nom de l’homme qui l’accompagnait. Du haut de ses vingt ans, elle était restée muette pendant l’interrogatoire. Quelques mois plus tard, le 16 novembre 1967, dans l’infirmerie de la Roquette naît Angèle. Elle sera élevée par Mila, sa grand-mère maternelle, une ancienne danseuse de cabaret. « Ma mère arriva dans ma vie à pied. C’est moi qui ouvris la porte. Je venais d’avoir cinq ans. Elle était grise comme la pierre, elle avait un regard froid et des yeux de feu. (…) A compter de ce jour, je ne fis plus aucune différence entre l’absence et la mort. Celle qui arrivait ne pouvait être Héléna ».
Le premier roman de Judith Perrignon s’ouvre sur des lettres à sens unique, celles de Mila auxquelles jamais, du fond de sa cellule, Héléna ne répond. Puis viennent vingt ans plus tard, les lettres d’Angèle, écrites au chroniqueur judiciaire qui suivit le procès. « La femme amoureuse a ceci de troublant qu’elle est une proie et aussi une force. La cour n’a pas aimé qu’on lui résiste. » La lettre devenue confessionnal est le sésame pour ouvrir les univers, partir à New York, retrouver le père d’Angèle. « Il y en avait toujours un, sur le pont, pour crier subitement « L’Amérique ! » lorsqu’un point minuscule se dessinait sur l’océan. Et j’ai eu envie de crier moi aussi, envie de dire depuis le pont, J’y suis ! ». Bien qu’il élargisse le cercle des épistoliers avec l’entrée en lice du journaliste vieillissant Victor, le roman tient du huis clos, ressassant les mêmes événements, repris par les différents personnages. Toutes ces voix finissent par ne former qu’un seul son, intimiste et profond, lyrique et juste. C’est dans cette tension permanente, entre le journal intime, la lettre, et un ailleurs plein de promesses, que tient la réussite des Chagrins.

Virginie Mailles Viard

Les Chagrins
Judith Perrignon
Stock, 204 pages, 17

Le Matricule des Anges n°118 , novembre 2010.
LMDA PDF n°118
4.00 €