La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Et même les chiens

novembre 2010 | Le Matricule des Anges n°118

L’oubli est l’une des matières premières de l’écrit. Jeannot, qui vit en solitaire dans la Brenne à coups de rouge, de grogs et de chopines en fait l’expérience vivante. Il sent que ce qui le taraude doit être exprimé par des mots. Mais comment structurer sa mémoire, son récit ou tout simplement se penser lorsqu’on est perdu dans les temps de conjugaisons : « des papiers qui faudrait que j’irais signer » ? Pour pallier ce manque d’assurance, Jeannot projette sa conscience morale sur une hallucination. Un enfant, un petit Arabe lui apparaît, la nuit, dans les marais. Des discussions s’engagent entre ce visiteur, Petit Prince qui erre pieds nus près des rives et cet ancien soldat qui a passé plusieurs mois en Algérie pendant « les événements ». Sur les actes commis sous l’uniforme pendant la guerre d’indépendance, Jeannot a préféré l’oubli impossible : « Cinquante années ont passées… C’est tout ! » Effacée la belle Rachida dont il était amoureux, oublié le visage tuméfié de Salim dans le sous-sol de la caserne, mais gravé le regard de l’enfant recroquevillé dans une maison du djebel. C’est ce même petit garçon qui aujourd’hui le visite sans haine : « Tu m’as appelé, alors je suis venu. » Dans trois cahiers d’écolier, Jeannot a confié ses remords, ce qui constitue le corps du livre de Jean-Louis Gutierres. Jeannot s’est surpris à « salir toutes ces pages » comme il dit, en une projection cathartique, concrétisation de ses visions et de ses interrogations.
Le beau premier roman de Jean-Louis Gutierres évite les justifications et les fausses excuses. Il présente un personnage dont le parcours singulier ajoute une pierre à l’édifice macabre de la grande Histoire. Au fur et à mesure que Jeannot avance dans son travail de mémoire, sa syntaxe se structure. Il se réapproprie sa vie pour faire face à ses actes. Il délaisse l’apitoiement, attitude passive, pour retrouver une dynamique morale. Peut-être une voie possible vers le pardon qu’il espère tant.

Franck Mannoni

Et même les chiens
Jean-Louis Gutierres
Le Temp qu’il fait, 157 pages, 16

Le Matricule des Anges n°118 , novembre 2010.
LMDA PDF n°118
4.00 €