La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’art du fragment

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Tenu pour un remarquable conteur, l’écrivain péruvien Julio Ramón Ribeyro (1929-1994) avait une préférence pour la forme brève. Ce volume propose l’intégralité de ses deux cents courtes proses, « apatrides » en ce qu’elles sont, non pas l’œuvre d’un exilé (ce qu’il fut pourtant), mais des textes n’appartenant à aucun genre littéraire défini, sinon au fragment, qui est sans doute le genre de l’absence de genre. Ce sont en outre des pièces qui n’ont pas trouvé place dans les livres qu’il a publiés et auxquelles il manque donc « un territoire littéraire qui leur soit propre ».
Placées sous le patronage assumé de Baudelaire et du Spleen de Paris, ces proses, datant des années 1950 pour les plus anciennes, et des années 1980 pour les plus récentes, trempent leur racine dans la poésie du quotidien (« Je ne crois pas que pour écrire il soit nécessaire d’aller chercher des aventures. La vie, notre vie, est l’unique, la plus grande aventure », note-t-il au fragment 180) : Ribeyro y évoque des lectures, des rencontres, les bibliothèques personnelles, ses propres enfants (qui lui arrachent d’ailleurs ses fragments les plus réussis). Le lecteur trouvera un authentique plaisir à circuler de texte en texte et à passer de l’anecdotique à des considérations plus essentielles sur la nature humaine. Pour l’auteur, c’était « probablement le meilleur » qu’il ait donné de lui-même.

Didier Garcia

Proses apatrides
Julio Ramón Ribeyro
Traduit de l’espagnol par François Géal
Finitude, 176 pages, 16,50

L’art du fragment
Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €