La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Moo Pak

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Voilà un livre surprenant, tant par sa forme et sa facture que par son contenu. Surprenant en toute légèreté et avec grâce, ce dont le lecteur souvent éprouvé par des exploits formels de nos contemporains sait infiniment gré à l’auteur. Celui-ci, né en 1940, a écrit une douzaine de romans dont il s’agit d’un troisième traduit (de l’anglais) en français. Le texte se présente d’un seul tenant, une compacte pièce d’écriture sans nul alinéa et sans guillemets, pas même pour passer de la parole rapportée à une séquence de commentaire ou de description. Il consiste en un gigantesque discours rapporté du protagoniste principal, l’écrivain Jack Toledano, entendu – car il est bien difficile de parler d’un échange – par un ami lors de leurs promenades dans les parcs et jardins (dont Moo Park) de Londres. La faconde de l’écrivain, personnage involontairement extravagant, déclinera en livrant un secret d’autant plus étonnant que nul suspens ne motive en réalité la lecture ; rien sinon la curiosité de savoir à quoi une prose si étrange pourrait aspirer comme dénouement. Gabriel Josipovici met dans la bouche du protagoniste des divagations sur des sujets parfaitement éclectiques, mais cependant réels ; qu’il aborde la question du prix Nobel, de la judéité, de l’Angleterre, du travail, de l’art des jardins, de la chose littéraire, ou enfin – thème central qui sous-tend tout le livre sans dire son nom – du langage, il s’agit à chaque fois d’une réflexion authentique et originale, souvent amusante, quelquefois déstabilisante, là encore sans effets rhétoriques et sans visée autre que le sincère partage. Au hasard : « Nous disons souvent, dit-il, que c’est là l’un des symptômes du malaise moderne, ce besoin de toujours être au travail, que c’est une des façons d’enfoncer la tête dans le sable, le signe de notre incapacité à être à l’aise avec nous-mêmes. Mais ce n’est peut-être pas exactement cela. C’est peut-être que les gens sentent que ce n’est qu’en faisant une chose régulière et automatique qu’ils libéreront l’inattendu dans leur vie ». Autant dire que « l’histoir de Moo Pak » est aussi celle d’une obsession qui confine à la folie.

Marta Krol

Moo Pak
Gabriel Josipovici
Traduit de l’anglais par Bernard Hoepffner
Quidam éditeur, 185 pages, 20

Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €