La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Les oubliés d’Ithaque

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

Qu’ajoute le dramaturge allemand Botho Strauss au texte d’Homère, en adaptant les huit derniers « chants du retour » de l’Odyssée ? En apparence peu de chose. La décadence accentuée du palais d’Ulysse, où des prétendants plus sacrilèges que jamais « répandent leurs immondices » et courtisent une « chose adipeuse, informe, répugnante » que l’on appelle Pénélope. Trois « femmes fragmentaires » qui ajoutent un chœur heureusement plus ironique (nécessaire tribut à la modernité) que tragique. Ulysse est, quant à lui, usé par sa propre légende. Et Anphinomos, le préféré de Pénélope, de glisser perfidement à celui qui revient conquérir sa place : « Quand on s’appelle Ulysse, on ne devrait pas survivre à sa gloire ».
Mais cela est déjà latent dans le texte homérique. Là où Botho Strauss cherche à donner de l’Odyssée une lecture contemporaine, c’est lorsqu’il place les prétendants au centre du théâtre, soulevant la question de la légitimité du pouvoir dans une communauté politique divisée. Ithaque est en cela une pièce de l’après-réunification allemande, où les fantômes du XXe siècle se réveillent. Dans l’une des rares scènes qui s’écarte de la paraphrase homérique, les prétendants prônent l’autocratie, l’esclavagisme et l’armée, font preuve d’une xénophobie pathologique où le Phénicien, vermine menteuse et cupide, apparaît comme victime désignée de doctrinaires d’un IIIe Reich avant l’heure. Or, jamais ce parti pris ne parvient à exister à l’ombre d’un texte qui, comme le Cyclope, semble en permanence prêt à dévorer son glosateur. Il aurait été peut-être plus fécond d’inviter sur scène le grand absent du texte homérique, à savoir le peuple. Pas les prétendants, ces privilégiés sans foi ni loi, mais les artisans, les marchands, les marins, les prêtres qui constituent chez Homère l’anonyme société d’Ithaque. Or cela, pas de regard politique possible aujourd’hui : l’univers homérique n’est fait que pour camper des héros ; il ignore le bas peuple. L’adaptation de Botho Strauss se fait, elle aussi, à distance et paraît du coup à la fois trop familière et trop lointaine.

Etienne Leterrier

Ithaque
Botho Strauss
Traduit de l’allemand par Pascal Paul-Harang
L’Arche, 133 pages, 14

Les oubliés d’Ithaque
Le Matricule des Anges n°123 , mai 2011.
LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €