La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mémoires fantastiques

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

Mémoires fantastiques

Peut-on être écrivain tout en ne sachant ni lire, ni écrire ? Analphabète, issu d’une famille misérable du Rif, élevé à l’école de la rue violente et perverse de Tanger, exerçant mille métiers, artiste peintre, l’éleveur de « stories », mot qu’il utilise pour désigner contes, histoires, nouvelles, Mohamed Mrabet a publié plus d’une quinzaine d’ouvrages enregistrés et retranscrits par Paul Bowles. On lui doit l’hilarant M’Haschich (1969, réédité en 1998 à L’Esprit frappeur), dix nouvelles autour de la consommation de kif ou de majoun, ces gâteaux de chanvre. Le Citron (1969, réédité en 1989 chez Christian Bourgois) raconte comment un jeune garçon oublie en fumant de l’herbe, les dangers qui l’assaillent. Mrabet, né en 1936, se confie ici à Eric Valentin, nègre assumé. Il mêle le prosaïque à l’universel, la vérité à la fantasmagorie, le burlesque et le pathétique. Evoque pêle-mêle son enfance, sa fierté d’être berbère, peuple ayant résisté à pas mal d’invasions, la rencontre avec ces Américains venus dans les années soixante connaître les plaisirs interdits de Tanger, ville internationale qui peu à peu tombera en déshérence. Se détachent les portraits acerbes d’écrivains sulfureux : Tennessee Williams, William S. Burroughs et bien sûr Paul Bowles et sa femme Jane. Sa relation avec l’auteur d’Un thé au Sahara prendra des allures de jeu pervers. Il y sera question de double personnalité, de mal-être, de cruauté, de fêtes fumeuses, de jeunes adolescents. La mort de Jane, sa chute progressive dans la folie, y est à demi-mot attribuée à Paul. Qu’a été Mrabet dans le jeu de chat et de la souris instrumenté par Bowles ? L’ami, l’homme à tout faire, l’inspirateur, l’amant, le miroir aux alouettes ? Le Rifain n’est pas vraiment disert sur la question. S’il porte quelques condamnations morales (l’âge, le souci de respectabilité), tend parfois à se donner le beau rôle, ses propos étonnent par leur humilité, leur force et même leurs accents de vérité et de sagesse. Ceux d’un rêveur insoumis qui un jour a rencontré le Poisson qui inspire… « - Prends soin de toi et regarde par-delà le monde. Ne cours plus après le temps. »

Dominique Aussenac

Mémoires fantastiques
Mohamed Mrabet
Transcrit et adapté par Eric Valentin
Rouge inside, 140 p., 14

Le Matricule des Anges n°123 , mai 2011.
LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €