La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Caillasses

octobre 2012 | Le Matricule des Anges n°137

Le nouveau directeur du Théâtre du Peuple de Bussang (Vosges) a passé commande à Laurent Gaudé pour son spectacle de l’été 2012. Et le résultat est Caillasses, une vaste épopée dédiée au peuple palestinien, une tragédie antique, avec ses chœurs prenant parole pour raconter, commenter, protester et faire vivre au plus près cette histoire d’un pays et d’un peuple occupés. « Des années d’attente aux barrages./ Des années de contrôle, de fouille, de questions et d’ordres. » Le vieux Farouk vit là avec sa fille. Un matin, il entend puis voit revenir tous ceux qui ont quitté le pays, sa sœur Mériem en tête. Ils veulent rentrer, retrouver ceux qui sont restés. Ce sera « Le grand jour de fête/ Nos familles unies à nouveau… » Mais l’occupant s’y oppose, les rejette, et réprime durement les habitants venus les accueillir, humiliant le vieux Farouk en le mettant nu devant sa fille. Puis se saisit du prétexte pour démolir les maisons, Des pierres sont jetées contre eux, et de la première va naître l’enfant des gravats, dur et violent, symbole vivant de ce que produit la guerre. Et c’est tout l’art de Laurent Gaudé de nous faire basculer dans le fantastique, dans une poésie onirique où les morts racontent comment ils sont morts, où cet enfant se bat avec une langue qu’il ne maîtrise pas, comme un signe de son inhumanité. Mais Mériem lui confie la mémoire de la ville, son histoire, car « Tu vas te battre./ Et si tu te souviens de nous,/ si tu te souviens de tout,/ Il y aura de la joie,/ Le jour béni où,/ En notre nom,/ Caillasse,/ Tu vaincras. » Et l’espoir devient possible. Un beau texte.

P.G.B.

Caillasses
Laurent Gaudé
Actes Sud-Papiers, 112 pages, 15

Le Matricule des Anges n°137 , octobre 2012.
LMDA papier n°137
6.50 €
LMDA PDF n°137
4.00 €