La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Smic-art

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

L' Escalier de Jack

Homme de théâtre, poète, romancier, Jean Cagnard, la cinquantaine, a grandi dans une cité ouvrière de Haute-Normandie. Il évoque dans L’Escalier de Jack les trente-huit boulots qui ont occupé une partie de sa vie, de l’enfance à la mort du père. De la récolte de vers de vase pour la pêche, à celle des pommes. De la fabrication de circuits imprimés en atelier presque clandestin à la production d’engrais chimique en usine… Petits jobs, fortuits et précaires, payés au glorieux salaire minimum interprofessionnel de croissance, qui l’amènent à la maçonnerie, où il découvre indépendance et goût du travail bien fait. De maçon, il se transformera alors tout bonnement en poète. Pour en arriver là, il s’affranchira de l’hostilité familiale, des conventions sociales, des injustices, de la fumette, du goût pour la défonce. Ce qui le fait tenir, ce sont les voyages, particulièrement ceux qu’engendre la littérature. Enfant de milieu modeste, ayant interrompu ses études, il tombe par hasard sur Le Désert des Tartares, qu’il ne cesse de relire. Suivront Des souris et des hommes, Fante, Ginsberg, Kerouac… Fasciné par tant de liberté, de goût pour le rêve, la route, qu’il en arrive à les mêler à sa propre vie, comparant la mère de Kerouac, ses tartes, à sa propre mère et ses sandwiches refilés en cachette du père. Jean Cagnard transforme ainsi le prosaïque, le banal, le fastidieux en récit picaresque, mâtiné tout à la fois de réalisme, de fantastique, de surréalisme. Il utilise le vouvoiement, se prenant à partie, engageant le dialogue avec le lecteur, les auteurs et le monde qui l’environne, comme ce mort dont il refait la tombe. Il désobjective le quotidien par des formulations, des descriptions de situations magnifiquement alambiquées où le cocasse rencontre le merveilleux, le tragique côtoie l’espérance et la foi en lui-même et en l’homme. Phrases de plus en plus rythmées, cadencées : la narration se fait poème.

Dominique Aussenac

L’Escalier de Jack
Jean Cagnard
Gaïa, 288 pages, 20

Smic-art
Le Matricule des Anges n°138 , novembre 2012.
LMDA PDF n°138
4.00 €