La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Du flou sur les causes

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Éric Dussert

Du flou sur les causes

C’est un titre délicat, comme l’art de cette femme qui fait revivre en six chapitres intitulés comme des récits indépendants différents moments de son existence. Marlène Soreda avait publié en 1999 un roman chez Exils, Adelia ou l’égarement qui nous a échappé. Nous ne pouvons donc rien en dire, si ce n’est qu’il est aussi question avec Du flou sur les causes d’autres égarements peut-être, d’autres amusements sans doute, d’une vie relue depuis son point de bifurcation, l’exil, et d’une constante interrogation sur cette langue de l’émerveillement qui était celle de l’enfance auprès de la grand-mère au cœur de la plaine du Chelif, une langue qui n’aura jamais de dictionnaire.
Derrière l’ironie de son titre arraché aux sabirs médiatique, sociologique ou scientifique, et en pied de nez probable à certaine mode technocratique du titrage littéraire de la dernière décennie, il semble qu’il y ait d’abord pour Marlène Soreda un voile pour couvrir une politesse native, incarnée, et un sentiment de décalage. L’origine de ce dernier, chacun a pu s’en faire une idée sans imaginer quel sera le parcours entre parloirs, services sociaux et salle de lectures de bibliothèques publiques. C’est le parcours en nos terres froides et trop humides d’une enfant de la Méditerranée qui peine à trouver le sens de la vie sociale — avanies et anecdotes l’étonnent mais ne paraissent pas la surprendre —, jusqu’à lui donner parfois l’air désemparé ou fataliste.
À lire ses phrases élégantes sans ostentation, et souples sans mollesse, on n’a aucun mal à comprendre que c’est dans l’épaisseur des livres qu’elle a pu se construire, trouver les matériaux et les nourritures, fabriquer sa place. « Toute cette terre remuée, ça nous herse. »
Alors, si les causes de ce grand mystère qu’est une vie d’homme ou de femme sont toujours un peu floutées, les conséquences pour la présente narratrice sont celles-ci : à chercher cette langue soufflée par le vent, Marlène Soreda en a trouvé une autre, la sienne.

Éric Dussert

Du flou sur les causes
Marlène Soreda
Fario, 80 pages, 13

Le Matricule des Anges n°145 , juillet 2013.
LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €